Le Réveil Lozère 15 juillet 2020 � 10h00 | Par Emmanuelle Perrussel

12 300 t de stockage à la ferme

Christophe Durand, céréalier à Taponas (Rhône) et quatre autres exploitations ont investi en 2018 dans leur propre silo de stockage à la ferme. Témoignage.

Abonnez-vous R�agir Imprimer
Christophe Durand, céréalier à Taponas et quatre autres exploitations ont investi en 2018 dans leur propre silo de stockage à la ferme.
Christophe Durand, céréalier à Taponas et quatre autres exploitations ont investi en 2018 dans leur propre silo de stockage à la ferme. - © Emmanuelle Perrussel

Dans le département, c’est probablement le plus gros espace de stockage chez des particuliers. Cinq exploitations de grandes cultures utilisent ce silo situé à Taponas. « Avec mon père Bernard et mon frère Laurent, mon oncle et mon cousin, nous avons déjà une logique de mutualisation depuis longtemps. Si chacun de nous exploite ses surfaces en son nom propre, nous avons du matériel en commun et réalisons des achats groupés de fournitures, détaille Christophe Durand, exploitant à Taponas. Nos surfaces sont en blé, orge, colza, maïs et prairies. » Les Durand exercent également, en parallèle de leur activité d’agriculteur, celle d’entrepreneurs agricoles.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions �mises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Le Réveil Lozère se r�serve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et r�glements en vigueur, et decline toute responsabilit� quant aux opinions �mises,

En bref
Prochaine breve

5 breve(s) � voir toutes
la phrase de la semaine

Aujourd’hui, la zone des Landes malheureusement est condamnée à très court terme

A déclaré Marie-Pierre Pé, la directrice du Cifog (interprofession du foie gras), sur RTL le 8 janvier. Avec une quarantaine de nouveaux cas depuis le 8 janvier, l’épizootie d’influenza aviaire poursuit sa progression