Le Réveil Lozère 02 mars 2022 a 09h00 | Par AgraPresse en collaboration avec le Réveil Lozère

132 millions d'euros de subventions versés à l'agroalimentaire

Abonnez-vous Reagir Imprimer

Dans le cadre du plan de relance de l'économie, France Relance, l'État a versé 132 millions d'euros à 97 entreprises de l'agroalimentaire pour soutenir leurs projets de relocalisation ou de modernisation de leur production, annonce le ministère de l'Industrie dans un communiqué le 17 février. Les projets retenus ont généré 602 millions d'euros d'investissements productifs. Les lauréats sont principalement des industries de secteurs « particulièrement stratégiques pour notre autonomie, tels que les ingrédients et additifs (conservateurs, antioxydants, enzymes, pigments naturels notamment), les protéines végétales et alternatives ou encore les emballages alimentaires », explique le ministère. Bercy estime que les 97 projets soutenus permettront de réduire de 5 % la dépendance de la France aux importations extra-européennes en protéines végétales (principalement en tourteaux de soja) et sur le segment des « nouvelles sources de protéines alternatives à destination de l'alimentation animale ». Parmi les nouveaux lauréats dévoilés ce mois-ci figure notamment la création de la première usine de production de farine en Guyane et celle de deux usines de fabrication de nuggets à partir de farines de végétaux et d'insectes dans les Hauts-de-France.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions emises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Le Réveil Lozère se reserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et reglements en vigueur, et decline toute responsabilite quant aux opinions emises,

En bref
5 breve(s) � voir toutes
la phrase de la semaine

Julien Denormandie avait promis que les aides à la conversion qui ne sont pas consommées resteraient orientées vers l’agriculture biologique, et c’est ce que nous devons confirmer avec Marc Fesneau

indique à Agra presse Étienne Gangneron, vice-président de la FNSEA en charge du dossier.