Le Réveil Lozère 27 novembre 2019 a 09h00 | Par Sophie Chatenet

17 000 bottes de paille pour isoler un lycée

À l’initiative du Conseil régional d’Auvergne-Rhône-Alpes, à la rentrée 2022, Clermont-Ferrand comptera un nouveau lycée à énergie positive bâti intégralement en bois et isolé avec pas moins de 17 000 tonnes de paille. À la manœuvre : Eiffage construction.

Abonnez-vous Reagir Imprimer
Jean-Pierre Rambourdin a récemment présenté en détail le projet, dans le cadre d’une conférence organisée par Fibois Auvergne-Rhône-Alpes.
Jean-Pierre Rambourdin a récemment présenté en détail le projet, dans le cadre d’une conférence organisée par Fibois Auvergne-Rhône-Alpes. - © SC

E4-C2. Derrière cette équation un peu barbare se cache en fait un précieux label de construction qui combine énergie positive (E), bas carbone (C) et coûts maîtrisés. Très peu de bâtiments du secteur tertiaire peuvent pour le moment se targuer d’une telle performance. La réglementation couplée à une volonté politique allant vers plus de sobriété énergétique devrait sans aucun doute décupler ses projets. À Clermont-Ferrand, le processus est en tout cas enclenché. En 2014, lors de la réflexion naissante sur la création d’un nouveau lycée sur l’agglomération* au cœur du quartier Saint-Jean, l’ancienne majorité à la tête de la région, maître d’ouvrage du projet, avait opté pour une construction favorisant les énergies renouvelables. L’équipe élue, à l’issue de la fusion, a souhaité aller plus loin dans cette démarche, renforçant dans son appel d’offres, les exigences en matière d’énergies renouvelables, de localisation des ressources et de stockage du carbone.

 

Suite de l'article à lire dans le Réveil Lozère n°1536, du 28 novembre 2019, en page 9.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions emises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Le Réveil Lozère se reserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et reglements en vigueur, et decline toute responsabilite quant aux opinions emises,

la phrase de la semaine

Grâce aux reports de stock de l’année 2021, la majorité des éleveurs et éleveuses sont sereins pour cet hiver mais sont préoccupés par la possibilité que l’année 2023 puisse ressembler à 2022, auquel cas les bilans fourragers seraient loin de l’équilibre

rapporte la dernière note agro-climatique de l’Idele (Institut de l’élevage), publiée le 17 novembre.