Le Réveil Lozère 01 décembre 2021 a 14h00 | Par GS

17e Ovinpiades : à la recherche du meilleur jeune berger de Lozère

Après un an d'interruption due au Covid-19, le concours départemental de jeunes bergers a repris du service, organisé cette année à Saint-Chély-d'Apcher. Une compétition mais aussi un moment de valorisation d'une filière dynamique et porteuse auprès des plus jeunes.

Abonnez-vous Reagir Imprimer
Après un an d'interruption due au Covid-19, le concours départemental de jeunes bergers a repris du service, organisé cette année à Saint-Chély-d'Apcher. Une compétition mais aussi un moment de valorisation d'une filière dynamique et porteuse auprès des plus jeunes. (© GS) Après un an d'interruption due au Covid-19, le concours départemental de jeunes bergers a repris du service, organisé cette année à Saint-Chély-d'Apcher. Une compétition mais aussi un m © GS Après un an d'interruption due au Covid-19, le concours départemental de jeunes bergers a repris du service, organisé cette année à Saint-Chély-d'Apcher. Une compétition mais aussi un moment de v © GS Après un an d'interruption due au Covid-19, le concours départemental de jeunes bergers a repris du service, organisé cette année à Saint-Chély-d'Apcher. Une compétition mais aussi un moment de v © GS Après un an d'interruption due au Covid-19, le concours départemental de jeunes bergers a repris du service, organisé cette année à Saint-Chély-d'Apcher. Une compétition mais aussi un moment de v © GS Après un an d'interruption due au Covid-19, le concours départemental de jeunes bergers a repris du service, organisé cette année à Saint-Chély-d'Apcher. Une compétition mais aussi un moment de v © GS Après un an d’interruption due au Covid-19, le concours départemental de jeunes bergers a repris du service, organisé cette année à Saint-Chély-d’Apcher. Une compétition mais aussi un moment de v © GS Après un an d’interruption due au Covid-19, le concours départemental de jeunes bergers a repris du service, organisé cette année à Saint-Chély-d’Apcher. Une compétition mais aussi un moment de v © GS Après un an d’interruption due au Covid-19, le concours départemental de jeunes bergers a repris du service, organisé cette année à Saint-Chély-d’Apcher. Une compétition mais aussi un moment de v © GS

À vos marques, prêts, bêlez ! Ce mardi 23 novembre se tenaient les 17e Ovinpiades de jeunes bergers de la Lozère. À l'affiche, 69 participants, tous et toutes en formation agricole, se sont départagés autour de quatre épreuves pratiques et théoriques dédiées au travail avec les brebis : bilan de santé, parage, triage et manipulation, rien n'échappe aux élèves des deux établissements agricoles du département. Avec un avantage certain pour ceux formés au lycée privé de Terre nouvelle, à Marvejols, par rapport à leurs camarades du Legtpa de Civergols, à Saint-Chély-d'Apcher qui n'a pas de troupeau de brebis sur l'exploitation du lycée. Et du fait des stages, « les élèves n'ont pas eu le temps de faire toute la préparation » admet Laurent Vigier, enseignant d'agronomie. Ludique et conviviale, cette compétition est aussi une occasion pour « mixer les niveaux et les publics » selon Laurent Vigier, et « combattre les préjugés sur la filière ovine », parfois tenaces dans les régions vachères. À Civergols, le professeur s'évertue précisément à « faire toujours cours sur l'ovin et le bovin en parallèle, sans hiérarchie » et à rappeler que traditionnellement, les élevages lozériens « avaient tous un double troupeau ».
Cette pratique, qui a peu à peu disparu tend à revenir au goût du jour, ajoute Francis PetitJean, enseignant en agronomie : « avec l'essor des pratiques agroenvironnementales, la mixité des troupeaux permet une meilleure valorisation des ressources, et de mieux gérer le parasitisme comme la ressource en herbe ». Dans les zones humides, « on peut faire passer des moutons plus tôt que les vaches au printemps, qui assureront une bonne repousse ». Ex-responsable de la section ovine de la FDSEA, Josiane Compain, éleveuse à Peyre-en-Aubrac confirme que « la brebis a sa place dans l'élevage, au vu des cours comme de la demande » avec « un retour sur investissement à l'achat d'une brebis en quelques mois seulement ».

Palmarès

1er Marius Coulet
2e Mathilde Pelat
3e Lucas Jaudon
4e Armand Cogoluègnes
5e Julien Gravejat
6e Jérémy Jaffard
7e Jean-Antoine Gilibert
8e Léo Bouquet
9e Paulin Fages
10e Léo Mourgues

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions emises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Le Réveil Lozère se reserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et reglements en vigueur, et decline toute responsabilite quant aux opinions emises,

En bref
5 breve(s) � voir toutes
la phrase de la semaine

En faisant un don de mille litres, par exemple, un producteur permet de nourrir environ vingt familles pendant un an

explique la fédération des banques alimentaires (premier réseau d’associations d’aide alimentaire).