Le Réveil Lozère 25 juin 2022 a 12h00 | Par PAMAC, source vie-publique.fr

2022 : Un nouvel audit pour lutter contre les passoires thermiques

Dès 2022, un audit énergétique sera exigé pour vendre un logement « passoire thermique ». L'objectif ? Protéger les locataires contre des factures d'énergie trop élevées.

Abonnez-vous Reagir Imprimer
Dès 2022, un audit énergétique sera exigé pour vendre un logement « passoire thermique ». L'objectif ? Protéger les locataires contre des factures d'énergie trop élevées.
Dès 2022, un audit énergétique sera exigé pour vendre un logement « passoire thermique ». L'objectif ? Protéger les locataires contre des factures d'énergie trop élevées. - © Vincent Motin – l’Eure agricole

Le terme « passoire thermique » est employé pour désigner un logement avec une consommation énergétique excessive. Sur les 29 millions de résidences principales au 1er janvier 2018, environ 4,8 millions d’entre elles seraient très énergivores, c’est-à-dire classées F ou G au diagnostic de performance énergétique (DPE). Ce qui équivaut à près de 17 % du parc de logements en France.
Un décret de janvier 2021, en application de la loi énergie climat de 2019, a introduit un seuil énergétique dans la définition du logement « décent ». Ainsi à compter du 1er janvier 2023, les logements dont la consommation énergétique, estimée par le DPE, dépassera les 450 kWh par mètre carré et par an seront considérés comme impropres à la location. Le ministère de la Transition Écologique estime que 90 000 logements sont concernés (dont environ 20 000 dans le parc social).

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions emises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Le Réveil Lozère se reserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et reglements en vigueur, et decline toute responsabilite quant aux opinions emises,

En bref
5 breve(s) � voir toutes
la phrase de la semaine

En passant la brique de lait demi-écrémée à 0,80 € en magasin (contre 0,76 € auparavant, NDLR), nous arrivons à payer les producteurs 430 € les 1000 l. Par contre, je ne dégage aucune marge, si ce n’est les 10 % d’Égalim

explique Michel Biero, directeur Achats Lidl France, qui souhaiterait voir ses concurrents lui emboîter le pas.