Le Réveil Lozère 31 août 2022 a 10h00 | Par GS

25e fête de la Terre : les JA cultivent la convivialité après une saison blanche et sèche

Ce week-end, plusieurs milliers de personnes se sont retrouvées pour la 25e édition de la fête de la Terre, sur la commune de Recoules-de Fumas. Une réussite pour un rendez-vous essentiel pour le monde agricole et la population locale en cette année de sécheresse exceptionnelle.

Abonnez-vous Reagir Imprimer
 (© GS)  © GS  © GS  © GS Le service de remplacement de Lozère fêtait ce week-end sa cinquantième bougie. © GS  © GS  © GS  © GS  © GS  © GS Romain Deloustal, à droite, président des JA d'Oc. © GS

De mémoire d'habitant de Recoules-de-Fumas, on avait rarement vu autant de monde sur ce coin de Margeride. Ce dimanche 28 août, près de 5 000 personnes, selon les organisateurs, se sont retrouvés sur la ferme des Faux pour célébrer le monde agricole et le travail du sol. Un grand soleil et un public nombreux ont accompagné cette 25e édition de la fête de la Terre. Particulièrement réussie au point de presque déborder les cantines avec plus de mille repas servis le midi, la fête de la Terre reste l'évènement festif emblématique des Jeunes agriculteurs, avec à la manoeuvre en 2022 les adhérents du canton de Marvejols-Nasbinals. Et cette année, en plus d'organiser les épreuves départementales du concours de labour, le territoire accueillait également le concours régional.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions emises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Le Réveil Lozère se reserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et reglements en vigueur, et decline toute responsabilite quant aux opinions emises,

En bref
5 breve(s) � voir toutes
la phrase de la semaine

Les attaques ne se calment pas et les gens sont à bout de nerfs

prévient Cécile Giboureau, porte-parole syndicale, soulignant que le troupeau de Guzet s’apprêtait à descendre d’estive.