Le Réveil Lozère 04 novembre 2020 à 11h00 | Par Marion Ghibaudo

52 mesures pour l’Occitanie, par ses citoyens

Première déclinaison du genre en France, la convention citoyenne a permis à des habitants de l’Occitanie tirés au sort de participer à des débats pour imaginer les politiques de demain, dans le cadre du Green New Deal régional.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
Première déclinaison du genre en France, la convention citoyenne a permis à des habitants de l’Occitanie tirés au sort de participer à des débats pour imaginer les politiques de demain, dans le cadre du Green New Deal régional.
Première déclinaison du genre en France, la convention citoyenne a permis à des habitants de l’Occitanie tirés au sort de participer à des débats pour imaginer les politiques de demain, dans le cadre du Green New Deal régional. - © Marion Ghibaudo

Cette convention citoyenne pour l’Occitanie a réuni cent citoyens durant sept journées de travail, entre le 10 septembre et le 3 octobre. « C’était complètement fou », sourit Ahmed el Yousfi, l’un des trois Lozériens qui a participé aux réunions ayant abouti aux 52 mesures. Elles sont soumises au vote des citoyens depuis le 16 octobre et jusqu’au 6 novembre. Un vote qui peut se faire en ligne ou dans les maisons de régions.
De ces 52 mesures, l’agriculture et l’alimentation tirent leur épingle du jeu, puisque une dizaine de points leur sont spécifiquement consacrés. Les circuits courts et l’aide à leur diffusion sur le territoire, l’adaptation aux changements climatiques, l’accompagnement des installations de jeunes agriculteurs, la bio, etc. : les thématiques retenues balayent les sujets qui agitent actuellement le monde agricole. « Les points qui sont ressortis de ces discussions collent aux questionnements du territoire lozérien », s’est satisfait Aurélie Maillols, vice-présidente du conseil régional, et en charge de la montagne et de la ruralité, lors de la présentation des travaux de la convention. Lorsque la période de vote sera terminée le 6 novembre, les résultats seront présentés à l’assemblée plénière du conseil régional, qui en traduira ensuite les premières mesures dans le vote du budget 2021 (vote prévu en décembre 2020).
Si certains points peuvent sembler redondants, Aurélie Maillols l’a rappelé : « les citoyens qui ont participé ne sont pas des techniciens de la région. Et s’ils ont pointé ces sujets, c’est qu’il faut les améliorer ».
Notamment, les nombreuses mesures autour de l’agriculture et l’alimentation concernant les circuits courts, le développement du bio, la réduction des traitements chimiques, etc. « Si les citoyens expriment un besoin sur ces points, c’est qu’il y a un manque d’accessibilité pour eux », a pointé Aurélie Maillols. « Cela ne veut pas dire qu’il n’y a pas de financements de la région ni d’aide pour les collectifs qui se créent » a expliqué la vice-présidente du conseil régional, mais qu’en bout de course, les citoyens ne profitent pas de ces initiatives. « Elle est là, notre ambition », a affirmé Aurélie Maillols.
Afin que la convention soit représentative de la diversité des territoires d’Occitanie, la région a tiré au sort cent personnes, sur la base d’un fichier de 50 000 contacts d’habitants de la région. D’après l’Insee, l’Occitanie aurait près de 5,924 millions d’habitants, la classant comme la cinquième région la plus peuplée de France.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Le Réveil Lozère se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

En bref
Prochaine brève

5 brève(s) » voir toutes
la phrase de la semaine

Il est inacceptable que les personnes qui produisent la majeure partie des aliments consommés dans le monde et qui sont les plus exposées face à des conditions météorologiques de plus en plus imprévisibles, soient aussi celles qui bénéficient du plus faible appui.

A déclaré Gilbert F. Houngbo, président du Fonds international de développement agricole (Fida), cité dans un communiqué.

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 19 unes régionales aujourd'hui