Le Réveil Lozère 23 octobre 2019 a 10h00 | Par Sophie Chatenet

89 millions de m³ d’eau destockés en 2019

À l’occasion d’une visite technique du barrage de Naussac, organisée jeudi dernier, les élus ont rappelé le rôle majeur joué par cet ouvrage.

Abonnez-vous Reagir Imprimer
La retenue de Naussac s’étend sur une superficie de 1 020 ha.
La retenue de Naussac s’étend sur une superficie de 1 020 ha. - © EPL

Sur la commune de Langogne, le barrage de Naussac constitue un soutien d’étiage puissant sur l’Allier immédiatement à l’aval et la Loire (avec le barrage de Villerest dans le département de la Loire). Depuis sa mise en service, il y a trente-cinq ans, la retenue a fourni 2,5 milliards de m³ d’eau à l’aval, soit l’équivalent d’un million de piscines olympique. En moyenne, Naussac relâche chaque année 60 millions de m³ d’eau. L’année record a été celle de la canicule de 2003 avec 130 millions de m³ déstockés. En 2019, 89 millions de m³ d’eau (depuis le 8 juin et jusqu’au 16 octobre) ont été reversés. Et l’année n’est pas finie… « Sans le barrage de Naussac, il n’y aurait pratiquement pas d’eau dans l’Allier cette année ! Cela fait réfléchir… Et en cette année 2019 exceptionnelle, avec un déficit pluviométrique très fort depuis l’automne 2018 et des vagues de canicule comparables à celles de 2003, tous les objectifs ont été atteints », estime le président de l’établissement public Loire, Daniel Fréchet.

 

 

 

Suite de l'article à lire dans le Réveil Lozère n°1531, du 24 octobre 2019, en page 6.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions emises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Le Réveil Lozère se reserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et reglements en vigueur, et decline toute responsabilite quant aux opinions emises,

la phrase de la semaine

Les plans stratégiques nationaux doivent rester des documents de programmation stratégiques traduisant les choix politiques des États membres

estime la France, et non pas comme le montrent les premiers échanges avec la Commission européenne des documents d’« un niveau de précisions et de justifications extrêmement élevé.»