Le Réveil Lozère 11 décembre 2019 a 12h00 | Par Aurélie Pasquelin

960 panneaux installés pour financer le bâtiment

Basé à Serverette, le Gaec Baffie vient de se doter d'un nouveau bâtiment de près de 2 400 m² financé grâce au photovoltaïque. Avant de se lancer, ils ont mûrement réfléchi leur projet.

Abonnez-vous Reagir Imprimer
1 600 m² de panneaux solaires recouvrent le nouveau bâtiment du Gaec.
1 600 m² de panneaux solaires recouvrent le nouveau bâtiment du Gaec. - © Triangle énergie

Éleveurs d'Aubrac sur la commune de Serverette, Olivier Condon et Raphaël Baffie possèdent 120 mères mais n'avaient pour l'instant que de petits bâtiments éloignés. « Nous manquions de place, nous ne pouvions pas rentrer toutes les vaches l'hiver », raconte Raphaël Baffie. Afin de remédier au problème, les deux associés du Gaec Baffie ont construit un nouveau bâtiment de près de 2 400 m².
Pour le financer, ils ont fait le choix du photovoltaïque. 1 600 m² de toiture sont ainsi recouverts de 960 panneaux. « La revente d'électricité nous permet de couvrir 85 % des annuités sur 15 ans », explique l'agriculteur.
L'installation, impressionnante, permet au bâtiment de produire chaque année 400 000 kWh, soit l'équivalent de « 66 foyers de la commune de Serverette » précise-t-on chez Triangle énergie. L'entreprise, qui a installé les panneaux, « nous a aidés à monter le projet, mais nous restons propriétaire de tout le matériel », précise Raphaël Baffie.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions emises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Le Réveil Lozère se reserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et reglements en vigueur, et decline toute responsabilite quant aux opinions emises,

En bref
5 breve(s) � voir toutes
la phrase de la semaine

Les plans stratégiques nationaux doivent rester des documents de programmation stratégiques traduisant les choix politiques des États membres

estime la France, et non pas comme le montrent les premiers échanges avec la Commission européenne des documents d’« un niveau de précisions et de justifications extrêmement élevé.»