Le Réveil Lozère 08 juin 2022 a 10h00 | Par Le Réveil Lozère

A l'Ancette, des vautours sur un cadavre de veau

Abonnez-vous Reagir Imprimer

Comme chaque jour depuis que son troupeau de charolaises est sorti, Laurent Granier les laisse profiter de l'herbe verte des pâturages, « sur une parcelle à six kilomètres de chez moi, facilement accessible ». Dans ce pré, quelques vaches et leurs veaux justes nés se prélassent. « Le matin, tout allait bien », jure l'éleveur dépité. Entre sa visite du matin et le début d'après-midi du lundi 30 mai, l'un de ses veaux a été dévoré par les vautours. Pour l'éleveur, « le veau était en parfaite santé », donc il ne comprend pas pourquoi les charognards ont visé cette bête-là. Au-delà de la question du pourquoi, Laurent Granier s'interroge aussi sur le peu de soutien qu'il a reçu des instances officielles, qui d'après lui, ne se sont pas déplacées pour constater le décès de son veau mort.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions emises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Le Réveil Lozère se reserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et reglements en vigueur, et decline toute responsabilite quant aux opinions emises,

En bref
5 breve(s) � voir toutes
la phrase de la semaine

En passant la brique de lait demi-écrémée à 0,80 € en magasin (contre 0,76 € auparavant, NDLR), nous arrivons à payer les producteurs 430 € les 1000 l. Par contre, je ne dégage aucune marge, si ce n’est les 10 % d’Égalim

explique Michel Biero, directeur Achats Lidl France, qui souhaiterait voir ses concurrents lui emboîter le pas.