Le Réveil Lozère 11 mars 2022 a 12h00 | Par IL, YG

À l’aube d’une nouvelle flambée de l’aliment

Le conflit russo-ukrainien fait craindre aux filières animales une aggravation de la flambée de l’aliment du bétail, déjà au plus haut depuis plus d’un an. Ces pays sont aussi un débouché précieux pour certaines productions spécialisées comme la génétique avicole.

Abonnez-vous Reagir Imprimer
Le conflit russo-ukrainien fait craindre aux filières animales une aggravation de la flambée de l’aliment du bétail, déjà au plus haut depuis plus d’un an. Ces pays sont aussi un débouché précieux pour certaines productions spécialisées comme la génétique avicole.
Le conflit russo-ukrainien fait craindre aux filières animales une aggravation de la flambée de l’aliment du bétail, déjà au plus haut depuis plus d’un an. Ces pays sont aussi un débouché précieux pour certaines productions spécialisées comme la génétique avicole. - © François d’Alteroche/Illustration

« Nous sommes tous très inquiets pour l’élevage », confie à Agra Presse François Gibon, directeur général de la Fédération du négoce agricole (FNA), à l’issue d’une réunion d’urgence sur la crise ukrainienne autour du ministre de l’Agriculture le 25 février. Pour le seul aliment porcin, confirme le Snia (fabricants d’aliment), la hausse des prix des céréales le jeudi 24 février a fait bondir le prix de 20 € la tonne sur un jour, par rapport à un prix précédemment aux alentours de 330 € la tonne. « Ce conflit vient renchérir des cours déjà élevés, en fragilisant la rentabilité de l’élevage », confirme Stéphane Radet, directeur du Snia, rappelant le contexte haussier des dix-huit derniers mois. Une situation dont il faudra, prévient-il, « tenir compte dans les coûts de production des élevages ».

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions emises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Le Réveil Lozère se reserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et reglements en vigueur, et decline toute responsabilite quant aux opinions emises,

En bref
5 breve(s) � voir toutes
la phrase de la semaine

Je reste persuadée que les cartes sur lesquelles s’appuient l’expertise des prairies ne reflètent pas les pertes réelles de fourrage par la méthode des indices de pousse de l’herbe

a déclaré Christine Valentin, présidente de la chambre d’agriculture, alors que les calamités agricoles 2022 sont en cours de paiement auprès des agriculteurs concernés.