Le Réveil Lozère 24 avril 2022 a 16h00 | Par Marion Ghibaudo

À la Ferme La Feie, les animaux sont au service du handicap

À Pont-de-Barret (Drôme), Laure et Nicolas Charroin sont à la tête du Gaec Ferme La Feie et élèvent un troupeau de 80 brebis laitières. Hormis l’activité de transformation du lait, ils accueillent sur leur ferme des jeunes poly handicapés.

Abonnez-vous Reagir Imprimer
Le Gaec Ferme La Leie, géré par Nicolas et Laure Charroin, compte aujourd’hui 80 brebis laitières de race Lacaune.
Le Gaec Ferme La Leie, géré par Nicolas et Laure Charroin, compte aujourd’hui 80 brebis laitières de race Lacaune. - © Ferme de la Feie

Une ferme ouverte. Tel était le désir de Laure et Nicolas Charroin, en 2006, à l’heure de leur reconversion professionnelle. Elle, était jusque-là éducatrice à l’environnement. Lui, éducateur sportif auprès de publics handicapés. Passionné de nature, le couple se lance dans l’élevage d’ovins laitiers en agriculture biologique à Pont-de-Barret (Drôme), village d’origine du néo-agriculteur, devenu dans un premier temps conjoint collaborateur. Il crée rapidement un atelier de transformation fromagère et s’investit dans la création du collectif de producteurs « Au Plus Pré » en vue de l’ouverture d’un magasin à La Laupie. En 2011, le couple crée un Gaec. Très vite, l’idée de la ferme ouverte refait surface : « Je tenais vraiment à ce que l’accueil thérapeutique fasse partie de l’activité agricole. Nous étions déterminés à créer un lieu agricole pouvant avoir un potentiel intéressant auprès de jeunes en difficulté », révèle Nicolas Charroin, lui-même en situation de handicap.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions emises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Le Réveil Lozère se reserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et reglements en vigueur, et decline toute responsabilite quant aux opinions emises,

la phrase de la semaine

Grâce aux reports de stock de l’année 2021, la majorité des éleveurs et éleveuses sont sereins pour cet hiver mais sont préoccupés par la possibilité que l’année 2023 puisse ressembler à 2022, auquel cas les bilans fourragers seraient loin de l’équilibre

rapporte la dernière note agro-climatique de l’Idele (Institut de l’élevage), publiée le 17 novembre.