Le Réveil Lozère 17 juillet 2022 a 12h00 | Par Patricia Olivieri

À la Paneterie, on tisse la fibre des dieux

Ancien architecte en Belgique, François-Xavier Barbieux a concrétisé son rêve de gosse à La Paneterie, en Corrèze : élever des animaux pour leur laine.

Abonnez-vous Reagir Imprimer
Ancien architecte en Belgique, François-Xavier Barbieux a concrétisé son rêve de gosse à La Paneterie, en Corrèze : élever des animaux pour leur laine.
Ancien architecte en Belgique, François-Xavier Barbieux a concrétisé son rêve de gosse à La Paneterie, en Corrèze : élever des animaux pour leur laine. - © Patricia Olivieri

La vie ne tient souvent qu'à un fil, changer de vie aussi. Encore faut-il trouver et tisser le bon fil. Sa fibre, François-Xavier Barbieux l'a ressentie très tôt dès l'âge de 8-9 ans. Fils d'officier de Marine, il passe ses vacances d'enfant turbulent chez son oncle et sa tante, éleveurs de vaches laitières dans le plat pays, celui de Brel, mais comme Saint-Exupéry, lui rêve de moutons. Un rêve que, d'emblée, la raison parentale écarte : envisager d'élever des moutons alors que dans les années 80, tous les magasins Phildar fermaient les uns après les autres... pas question. Doué pour le dessin, François Xavier suivra donc des études d'architecture avec une spécialisation dans la conservation et la restauration du patrimoine. Un secteur où il excelle et qui lui ouvre les portes d'un cabinet d'architectes bruxellois réputé où, pendant 18 ans, il va redonner leur lustre à des théâtres et opéras du xixe siècle. Loin de ces scènes de spectacles, il découvre le calme verdoyant de la Corrèze à l'été 2012 avec Vincent, son compagnon.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions emises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Le Réveil Lozère se reserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et reglements en vigueur, et decline toute responsabilite quant aux opinions emises,

la phrase de la semaine

J’ai singulièrement envie d’avancer sur le dossier des haies

avait déclaré Marc Fesneau, le 16 novembre lors de la remise des prix de l’Afja (journalistes agricoles).