Le Réveil Lozère 27 avril 2022 a 11h00 | Par Le Réveil Lozère en collaboration avec Agrapresse

À Paris, une manifestation de soutien aux salariés du site Candia de Campbon

Abonnez-vous Reagir Imprimer

Dans un communiqué du 25 avril, la CFDT Agri-Agro appelle « les salariés de tous les sites Candia » à se rassembler devant le siège de Sodiaal à Paris, mardi 26 avril, en soutien aux salariés de l'usine de Campbon (Loire-Atlantique). Le site de production, qui doit fermer en mars 2023, est à l'arrêt depuis le 18 avril en raison d'une grève. Les salariés demandent « une phase de négociation supplémentaire avec la direction parisienne », rapporte Ouest-France. Presque trois mois après l'annonce de la fermeture du site, la CFDT pointe « l'absence totale de volonté de la direction à avancer dans les négociations » et le « manque de concertation préalable sur les alternatives envisageables aux fermetures de sites ». Sodiaal avait annoncé le 1er février la fermeture de la laiterie de Campbon (Loire-Atlantique) et du site Euroserum de Saint-Martin-Belle-Roche (Saône-et-Loire). Le groupe envisageait également l'arrêt de certaines activités à Malestroit (Morbihan), Bénestroff (Moselle) et Montauban-de-Bretagne (Ille-et-Vilaine). Avec pour conséquence la suppression de 316 postes de CDI. Sodiaal avait pris l'engagement de proposer à chacun des collaborateurs concernés « au moins un emploi en interne dans le groupe, et le cas échéant de les accompagner dans une recherche extérieure ».

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions emises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Le Réveil Lozère se reserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et reglements en vigueur, et decline toute responsabilite quant aux opinions emises,

En bref
5 breve(s) � voir toutes
la phrase de la semaine

Les Cuma attendent du projet de loi énergies renouvelables qu’il soutienne le développement de solutions mutualisées. Il s’agit en priorité de lever les freins à la production d’énergie en Cuma : ouverture statutaire, simplification des démarches administratives, développement des liens avec les collectivités territoriales, etc

d’après un communiqué.