Le Réveil Lozère 22 décembre 2015 a 08h00 | Par Réussir

Abattage et consommation humaine

L’abattage en vue de la consommation humaine des bovins accidentés depuis moins de 48 heures, quel que soit leur âge, est autorisé sous certaines conditions très strictes.

Abonnez-vous Reagir Imprimer
L’abattage d’urgence en dehors d’un abattoir est possible mais très encadré.
L’abattage d’urgence en dehors d’un abattoir est possible mais très encadré. - © François d'Alteroche

L’abattage en vue de la consommation humaine des bovins accidentés depuis moins de 48 heures, quel que soit leur âge, est autorisé sous certaines conditions très strictes. Mais, concrètement, que faire lorsqu’un animal est accidenté sur son exploitation ? Pour rappel, un animal est considéré comme accidenté lorsqu’il présente des signes cliniques dus à un traumatisme ou à une défaillance alors qu’il était en bon état de santé auparavant. Passées 48 heures, cette disposition n’est plus légale. La décision de faire abattre un bovin d’urgence se doit d’être réfléchie au vu des coûts importants en cas de saisie totale de l’animal. L’éleveur qui en est resté propriétaire se verrait, de fait, facturer la totalité des frais d’abattage, éventuellement le coût du test ESB et les coûts d’enlèvement de la carcasse par l’équarrisseur. Le certificat vétérinaire d’information est obligatoire lors du transport d’un animal accidenté. Il est délivré par le vétérinaire et accompagne l’animal jusqu’à l’abattoir. En son absence, le bovin sera euthanasié et détruit. L’éleveur encourt alors une amende pouvant aller jusqu’à 7500 euros, voire une peine de prison de 6 mois !

La suite dans le Réveil Lozère, page 10, édition du 24 décembre 2015, numéro 1339.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions emises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Le Réveil Lozère se reserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et reglements en vigueur, et decline toute responsabilite quant aux opinions emises,

En bref
5 breve(s) � voir toutes

Les ARTICLES LES PLUS...

Voir tous

la phrase de la semaine

Je les invite plutôt à rejoindre les forces vives des structures qui œuvrent au quotidien à faire bouger les lignes. Tout comme j’encourage les jeunes à rejoindre nos écoles d’agronomie pour contribuer demain à accompagner ces indispensables évolutions

a répondu le président de chambres d’agriculture France (ex-Apca), Sébastien Windsor, le 16 mai dans une longue « lettre ouverte » au collectif d’étudiants d’AgroParisTech.