Le Réveil Lozère 07 octobre 2020 à 09h00 | Par Eva DZ

Accompagner les initiatives

Le 16 octobre en visioconférence, les acteurs du territoire Aubrac-Carladez-Viadène vont trouver les moyens de valoriser ensemble leurs productions d’excellence par la conquête de marchés extérieurs. Rencontre avec l’un des porteurs de projet, Nicolas Mairiniac, futur pisciculteur sur le barrage de Sarrans.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
Le 16 octobre en visioconférence, les acteurs du territoire Aubrac-Carladez-Viadène vont trouver les moyens de valoriser ensemble leurs productions d’excellence par la conquête de marchés extérieurs. Rencontre avec l’un des porteurs de projet, Nicolas Mairiniac, futur pisciculteur sur le barrage de Sarrans.
Le 16 octobre en visioconférence, les acteurs du territoire Aubrac-Carladez-Viadène vont trouver les moyens de valoriser ensemble leurs productions d’excellence par la conquête de marchés extérieurs. Rencontre avec l’un des porteurs de projet, Nicolas Mairiniac, futur pisciculteur sur le barrage de Sarrans. - © Nancy Sagnet/Illustration

Ingénieur agronome de formation, Nicolas Mairiniac a choisi de revenir sur l’Aubrac, son pays d’origine pour installer son activité de pisciculture. Sur le barrage hydroélectrique de Sarrans plus exactement. « Je suis issu de ce territoire, j’ai envie d’y vivre, d’y entreprendre », avance simplement l’entrepreneur. À 33 ans après plusieurs missions au sein de chambres d’agriculture, jusqu’à Saint Pierre et Miquelon, il avait envie de revenir aux sources. « J’ai choisi la pisciculture parce que je pense qu’il y a une place à prendre sur ce segment, peu développé sur notre territoire. Le produit s’intégrerait parfaitement au panier de l’Aubrac ! », argumente-t-il. « Et puis nous avons aussi une bonne qualité de l’eau, un argument de poids dans la notoriété des produits à venir ». Pour ajouter une corde à son arc, Nicolas Mairiniac veut lancer son élevage de truites sous le label AB, puis, plus tard, la transformation de produits à base de poissons.
Pour mener à bien son projet, le jeune entrepreneur a pu compter sur les soutiens locaux dont la Communauté de communes Aubrac Carladez Viadène. « Les élus comme l’équipe administrative m’ont accompagné sur la réglementation, car la charge administrative est lourde, d’autant plus dans ce type de projet atypique », explique Nicolas Mairiniac. Il envisage en effet de créer une structure flottante sur le barrage pour installer son élevage, installation qui nécessite diverses autorisations en termes de sécurisation, d’environnement… « J’ai simplement présenté mon projet aux élus de la Communauté de communes qui ont compris ma philosophie, ma motivation : je veux créer une entreprise à taille humaine sur mon territoire qui participera à la vitrine des produits de qualité de l’Aubrac, sera créatrice de valeur et, je l’espère, d’emplois locaux », avance Nicolas Mairiniac. La collectivité a donc accompagné ce jeune entrepreneur pour financer ses études de faisabilité mais aussi pour le représenter dans ses démarches administratives.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Le Réveil Lozère se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

En bref
Prochaine brève

5 brève(s) » voir toutes
la phrase de la semaine

À la différence des éco-régimes, qui seront obligatoires pour chaque État, la stratégie « Farm to fork » ne l’est pas, mais elle va se décliner dans les plans stratégiques nationaux

Explique le ministre de l’Agriculture Julien Denormandie, dans un entretien accordé à Agra Presse le 26 octobre.

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 20 unes régionales aujourd'hui