Le Réveil Lozère 16 juillet 2022 a 12h00 | Par RM

Accord conclu, avec une nette libéralisation des produits agricoles

Après d'intenses négociations, notamment sur le chapitre agricole, l'UE et la Nouvelle-Zélande sont parvenues à conclure le 30 juin un accord de libre-échange protégeant 163 indications géographiques européennes ainsi que toutes les appellations viticoles de l'UE. En contrepartie, il offre des contingents tarifaires supplémentaires aux produits laitiers et aux viandes ovine et bovine néo-zélandaises. L'accord garantit aussi l'application de l'ensemble des règles sanitaires et phytosanitaires européennes.

Abonnez-vous Reagir Imprimer
Valdis Dombrovskis, commissaire au Commerce.
Valdis Dombrovskis, commissaire au Commerce. - © Xavier Lejeune - Union européenne

Après quatre ans de négociations commerciales, l'UE et la Nouvelle-Zélande ont annoncé le 30 juin la conclusion d'un accord de libre-échange. Le chapitre agricole « a été le plus difficile à négocier, mais nous avons tout de même réussi à trouver un équilibre délicat », a déclaré à cette occasion le commissaire au Commerce Valdis Dombrovskis.
Dans ce nouveau cadre, les exportations agroalimentaires de l'UE (dont la viande de porc, le vin, les fromages, le chocolat, les biscuits) ne seront plus soumises à aucun droit de douane. L'accord protégera en Nouvelle-Zélande 163 indications géographiques (IG) européennes (feta, comté, parmesan, queso manchego...), ainsi que la liste complète des vins et spiritueux de l'UE (près de 2 000 noms dont le prosecco, la vodka polonaise, le rioja, le champagne ou le tokay). 23 IG viticoles néo-zélandaises seront également protégées dans l'UE. L'accord prévoit la possibilité d'ajouter d'autres IG à l'avenir.

Des concessions pour les produits laitiers et la viande
Du côté des contreparties, Bruxelles assure que « les envois de produits néo-zélandais ne mettront pas en péril le marché de l'UE par des importations illimitées dans les secteurs sensibles ». Dans le détail, l'UE autorisera l'importation d'un contingent tarifaire de 10 000 t de viande bovine à 7,5 % introduit progressivement sur sept ans. « Il s'agit d'un volume modeste qui ne représente que 0,15 % de la consommation de l'UE, compte tenu de la sensibilité particulière du secteur, et il est limité uniquement à la viande bovine de haute qualité nourrie à l'herbe, dont les coûts de production et les caractéristiques de durabilité sont supérieurs à ceux de la viande bovine obtenue dans des parcs d'engraissement », précise la Commission européenne.
Concernant la viande ovine, l'UE offrira un contingent de 38 000 t équivalent-carcasse supplémentaires à taux zéro, qui s'ajoutera aux 114 184 t de contingent actuel. Pour les produits laitiers, l'UE ouvrira sur sept ans : un contingent tarifaire de 15 000 t de poudres de lait avec un droit de 20 %, un nouveau contingent tarifaire de 15 000 t pour le beurre (en plus du contingent actuel de 47 177 t à 38 % au sein duquel 21 000 t vont voir leur droit réduit progressivement à 5 %) avec un droit de 38 % (qui sera progressivement réduit à 5 %), et un contingent de 25 000 t de fromage en franchise de droits. Dans le même temps, l'UE réduira le tarif de 170,6 EUR la tonne à zéro pour deux contingents tarifaires pour le fromage (bleu et fondu) d'un volume combiné de 6 031 t alloué à la Nouvelle-Zélande dans le cadre de la liste OMC de l'UE. « Les contingents négociés pour le beurre, les fromages et la poudre de lait de Nouvelle-Zélande représentent respectivement 0,71 %, 0,27 % et 1,30 % de la consommation de l'UE », indique la Commission européenne.
De nouveaux contingents tarifaires seront également accordés pour le lactosérum à haute teneur en protéines (3 500 t échelonnées sur sept ans à droit nul), le maïs doux (800 t à droit nul) et l'éthanol (4 000 t à droit nul).

Les organisations agricoles vent debout, sauf pour les indications géographiques

Suite à la conclusion de l'accord de libre-échange entre l'UE et la Nouvelle-Zélande le 30 juin, qui prévoit des concessions sur les produits laitiers et les viandes, la Coordination européenne Via Campesina estime que « l'agriculture est considérée comme une monnaie d'échange pour favoriser d'autres produits ». Ce « paradigme est obsolète » selon elle, car il ne tient pas compte de la crise climatique et de la crise économique actuelle. Même son de cloche pour Giuseppe Ambrosi, président de l'Association laitière européenne : « L'accord obtenu donne un avantage unilatéral à l'industrie laitière néo-zélandaise en poussant les concessions de l'UE à la limite absolue, nous allons maintenant devoir nous préparer à des conditions de marché plus difficiles ». À l'inverse, oriGIn EU (Organisation pour un réseau international d'indications géographiques) se félicite du travail accompli par la Commission européenne qui « a maintenu la protection des IG en haut de l'agenda jusqu'à la conclusion des négociations ».

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions emises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Le Réveil Lozère se reserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et reglements en vigueur, et decline toute responsabilite quant aux opinions emises,

En bref
5 breve(s) � voir toutes
la phrase de la semaine

Julien Denormandie avait promis que les aides à la conversion qui ne sont pas consommées resteraient orientées vers l’agriculture biologique, et c’est ce que nous devons confirmer avec Marc Fesneau

indique à Agra presse Étienne Gangneron, vice-président de la FNSEA en charge du dossier.