Le Réveil Lozère 15 décembre 2021 a 11h00 | Par Chambre d'agriculture 48

Adapter son bâtiment d'élevage aux conditions chaudes estivales

L'adaptation aux changements climatiques concerne aussi les bâtiments d'élevage.

Abonnez-vous Reagir Imprimer
L'adaptation aux changements climatiques concerne aussi les bâtiments d'élevage.
L'adaptation aux changements climatiques concerne aussi les bâtiments d'élevage. - © SC

Les épisodes de chaleur ont des conséquences sur le bien-être des animaux et sur les résultats technico-économiques des élevages. Aujourd'hui, les bâtiments doivent protéger des intempéries hivernales et constituer une zone de confort en période chaude. Pour répondre à ces demandes, de nouveaux paramètres sont à prendre en compte dans leur conception et leur aménagement.
Une récente étude, menée conjointement par le Cniel et l'Institut de l'élevage, démontre l'intêret de l'adaptation des bâtiments pour améliorer le confort thermique des vaches laitières. Ce travail a permis de définir un plan d'action « bâtiments d'élevage de demain ». Il se décline en sept étapes : vérifier les conditions d'abreuvement ; mettre des aliments appétant à disposition ; offrir de l'ombre aux animaux en pâture ; réduire le rayonnement direct et indirect du soleil à l'intérieur des bâtiments ; améliorer la ventilation naturelle ; installer une ventilation mécanique (seulement dans certaines situations et en seconde intention) et enfin installer la brumisation et le douchage (en dernier recours et avec précaution). Le respect de la chronologie de ces sept étapes est essentiel. Par exemple, la brumisation est à mettre en place dans un bâtiment bien ventilé.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions emises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Le Réveil Lozère se reserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et reglements en vigueur, et decline toute responsabilite quant aux opinions emises,

la phrase de la semaine

Grâce aux reports de stock de l’année 2021, la majorité des éleveurs et éleveuses sont sereins pour cet hiver mais sont préoccupés par la possibilité que l’année 2023 puisse ressembler à 2022, auquel cas les bilans fourragers seraient loin de l’équilibre

rapporte la dernière note agro-climatique de l’Idele (Institut de l’élevage), publiée le 17 novembre.