Le Réveil Lozère 11 décembre 2019 à 11h00 | Par Aurélie Pasquelin

Agence de l'eau RMC : nouvel accord

Le Département et l'agence de l'eau RMC ont signé, mardi 26 novembre, un nouvel accord-cadre.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
Président de la commission eau, AEP et environnement, Bernard Palpacuer a signé l'accord-cadre avec Dominique Colin, directeur régional de l'agence de l'eau RMC.
Président de la commission eau, AEP et environnement, Bernard Palpacuer a signé l'accord-cadre avec Dominique Colin, directeur régional de l'agence de l'eau RMC. - © Conseil départemental

Approuvé lors du conseil départemental du 8 novembre, l'accord-cadre reliant le département de la Lozère avec l'agence de l'eau RMC* a officiellement été signé mardi 26 novembre à Mende. Cet accord entre dans le onzième programme de l'agence qui se déroule sur la période 2019-2024 et qui possède un budget global de 2,6 milliards d'euros. Ces financements permettront à l'agence d'intervenir auprès des collectivités, industriels, agriculteurs et associations. Pour ce 11e programme, l'agence de l'eau RMC a défini trois priorités : « améliorer la qualité de l'eau », « partager et économiser l'eau » et « favoriser le retour de la biodiversité ».

 

 

Suite de l'article à lire dans le Réveil Lozère n°1538, du 12 décembre 2019, en page 3.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Le Réveil Lozère se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

En bref
Prochaine brève

5 brève(s) » voir toutes
la phrase de la semaine

On ne sait pas trop ce que l’on a perdu encore. On sait qu’une grande partie sera récupérée, mais pas tout. Sur les deux chambres, il y a 2 000 ordinateurs à analyser. On saura d’ici une semaine

a expliqué à l’AFP Philippe Noyau, le président de la chambre du Centre-Val-de-Loire. Les chambres d’agriculture du Centre-Val-de-Loire et de Nouvelle-Aquitaine ont été victimes d’une cyberattaque.