Le Réveil Lozère 28 octobre 2020 à 11h00 | Par AG

Agriculteur, une profession de plus en plus masculine

Abonnez-vous Réagir Imprimer

En moins d’un demi-siècle alors que la surface des exploitations a augmenté, le nombre d’agriculteurs a été divisé par quatre, rappelle une étude Insee Focus publiée le 23 octobre. Si bien que « la part des agriculteurs exploitants dans l’emploi (est passée) de 7,1 % en 1982 à 1,5 % en 2019 ». Dans le même temps – et c’est moins souvent rappelé – la profession agricole ne cesse de se masculiniser, avec la baisse de nombre de « couples exploitants » : 73 % des exploitants étaient des hommes en 2019, contre 61 % en 1982. Une tendance à contre-courant de l’emploi agricole en général qui se féminise, constate l’Insee. La profession agricole est également vieillissante avec « plus d’un agriculteur sur deux [qui] est âgé de 50 ans ou plus » : un chiffre 24 points au-dessus de la moyenne nationale. « À l’inverse, seuls 1 % des agriculteurs ont moins de 25 ans, contre 8 % pour l’ensemble des personnes en emploi », analyse l’Insee. Enfin, les agriculteurs travaillent en moyenne 55 heures par semaine, contre 37 heures pour l’ensemble des Français ayant un emploi. Sur l’année, cela représente +65 % de temps travaillé vu le nombre réduit de congés en agriculture.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Le Réveil Lozère se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

En bref
Prochaine brève

5 brève(s) » voir toutes

Les ARTICLES LES PLUS...

Voir tous

la phrase de la semaine

On ne sait pas trop ce que l’on a perdu encore. On sait qu’une grande partie sera récupérée, mais pas tout. Sur les deux chambres, il y a 2 000 ordinateurs à analyser. On saura d’ici une semaine

a expliqué à l’AFP Philippe Noyau, le président de la chambre du Centre-Val-de-Loire. Les chambres d’agriculture du Centre-Val-de-Loire et de Nouvelle-Aquitaine ont été victimes d’une cyberattaque.