Le Réveil Lozère 29 octobre 2022 a 12h00 | Par IL

Agriculture et climat : un cadre onusien en discussion

La Cop27 s’ouvrira en Égypte le 7 novembre, avec un enjeu de taille : l’élaboration d’un cadre au sein de la convention des Nations unies pour les discussions liant agriculture et climat.

Abonnez-vous Reagir Imprimer
La Cop27 s’ouvrira en Égypte le 7 novembre, avec un enjeu de taille : l’élaboration d’un cadre au sein de la convention des Nations unies pour les discussions liant agriculture et climat.
La Cop27 s’ouvrira en Égypte le 7 novembre, avec un enjeu de taille : l’élaboration d’un cadre au sein de la convention des Nations unies pour les discussions liant agriculture et climat. - © Émilie Durand/Illustration

L’un des enjeux de la Cop27, qui se tiendra à Charm-el-Cheikh du 7 au 18 novembre, « sera d’élaborer un nouveau cadre pour les discussions autour de l’agriculture et du climat », souligne Marie Hrabanski, chercheuse en sociologie politique et coordinatrice Climat au Cirad. Car cette réunion des signataires de la convention-cadre des Nations unies sur le climat (CCNUCC), rappelle-t-elle, devrait marquer l’aboutissement du dialogue de Koronivia. Un processus lancé en 2017 pour envisager la place de l’agriculture dans les négociations climatiques internationales. Élevage, carbone, nutriment, évaluation de l’adaptation : la Cop égyptienne permettra de synthétiser les contributions des États et des parties prenantes autour de chantiers thématiques.
Mais l’enjeu à Charm-el-Cheikh reste institutionnel, insiste Marie Hrabanski : « Plusieurs scénarios circulent, entre un nouvel organe dédié à l’agriculture au sein de la CCNUCC, ou un programme géré par un organe déjà existant. » Principal facteur de réussite : le financement, alors que les nations du Sud attendent également un mécanisme compensant les pertes et dommages liés aux catastrophes climatiques.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions emises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Le Réveil Lozère se reserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et reglements en vigueur, et decline toute responsabilite quant aux opinions emises,

la phrase de la semaine

Grâce aux reports de stock de l’année 2021, la majorité des éleveurs et éleveuses sont sereins pour cet hiver mais sont préoccupés par la possibilité que l’année 2023 puisse ressembler à 2022, auquel cas les bilans fourragers seraient loin de l’équilibre

rapporte la dernière note agro-climatique de l’Idele (Institut de l’élevage), publiée le 17 novembre.