Le Réveil Lozère 25 novembre 2021 a 10h00 | Par Marion Ghibaudo

Agriemploi se félicite d'une bonne année

Mercredi 17 novembre, à Mende, a eu lieu l'assemblée générale d'Agriemploi, une structure gérée par le syndicat des Jeunes agriculteurs. L'occasion de revenir sur une année 2020 intéressante malgré la crise.

Abonnez-vous Reagir Imprimer
Mercredi 17 novembre, à Mende, a eu lieu l'assemblée générale d'Agriemploi, une structure gérée par le syndicat des Jeunes agriculteurs. L'occasion de revenir sur une année 2020 intéressante malgré la crise.
Mercredi 17 novembre, à Mende, a eu lieu l'assemblée générale d'Agriemploi, une structure gérée par le syndicat des Jeunes agriculteurs. L'occasion de revenir sur une année 2020 intéressante malgré la crise. - © Marion Ghibaudo

Après un pic d'activité en 2018, l'année 2021 est celle de la stabilisation, se sont satisfaits les élus de la structure, et le nombre de salariés employés par Agriemploi a même légèrement augmenté.
« Désormais, les groupements d'employeurs sont connus, donc c'est une bonne chose, nous devons maintenant travailler sur le manque de main-d'oeuvre », a détaillé Romain Gras, président d'Agriemploi. Pour recruter les petites mains dont les exploitations agricoles ont besoin, Agriemploi s'est donnée comme objectif de rencontrer les élèves des établissements agricoles et en apprentissage dans les différents centres CFA de Lozère pour « recruter des travailleurs et remédier à la surcharge des agriculteurs ». Des recrutements devenus urgents, car à ce jour, huit annonces ne sont toujours pas pourvues sur le département : « il va falloir rapidement trouver des solutions face à cette pénurie de main-d'oeuvre ». Un manque qui peut s'expliquer, en partie, par la crise de la Covid-19 et « l'envie des gens de bouger, changer qui se fait jour maintenant ». « Nous devons faire la promotion des métiers agricoles, a souligné le président d'Agriemploi, en allant à la rencontre des étudiants ». Si l'année 2020 a été compliquée par la crise sanitaire et les événements de promotion (salon du TAF, journée de l'installation, etc.) ont été peu nombreux, Agriemploi a su tirer son épingle du jeu. « Il faut inciter les jeunes à voir autre chose avant de s'installer dès la sortie de leurs études », a noté Romain Gras, qui se dit convaincu qu'avant une installation, « faire des missions avec Agriemploi est une bonne chose pour découvrir d'autres facettes du métier d'agriculteur ».

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions emises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Le Réveil Lozère se reserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et reglements en vigueur, et decline toute responsabilite quant aux opinions emises,

la phrase de la semaine

La tentation d’arrêter l’élevage n’est plus taboue

Écrivent les présidents de la chambre régionale d’agriculture de Bretagne dans une longue lettre ouverte rendue publique le 26 novembre et adressée au ministre de l’Agriculture et aux élus de la région.