Le Réveil Lozère 03 février 2021 a 09h00 | Par MR

Aides à l’agroéquipement : éclusées en quelques semaines

Les deux mesures du Plan de relance dédiées à l’aide à l’investissement dans des agroéquipements ont été épuisées en quelques semaines. Les 20 millions d’euros inclus dans le plan protéines devraient être réabondés rapidement. Ce ne sera pas le cas, « dans un premier temps », pour les 215 millions d’euros dédiés à la conversion des agroéquipements.

Abonnez-vous Reagir Imprimer
Les deux mesures du Plan de relance dédiées à l’aide à l’investissement dans des agroéquipements ont été épuisées en quelques semaines. Les 20 millions d’euros inclus dans le plan protéines devraient être réabondés rapidement. Ce ne sera pas le cas, « dans un premier temps », pour les 215 millions d’euros dédiés à la conversion des agroéquipements.
Les deux mesures du Plan de relance dédiées à l’aide à l’investissement dans des agroéquipements ont été épuisées en quelques semaines. Les 20 millions d’euros inclus dans le plan protéines devraient être réabondés rapidement. Ce ne sera pas le cas, « dans un premier temps », pour les 215 millions d’euros dédiés à la conversion des agroéquipements. - © Émilie Wood/Illustration

Il aura fallu quelques semaines à peine pour qu’elles soient éclusées. Les guichets des aides aux agroéquipements du plan de relance ont fermé leurs portes à quelques jours d’intervalle. L’une sera réouverte rapidement, l’autre pas, en tous les cas dans l’immédiat.
La plus importante est celle des aides à la conversion des agroéquipements, dotée de 215 millions d’euros. Elle est close depuis le 27 janvier, après avoir connu un « succès massif et rapide », avec 14 710 dépôts de dossiers, pour un montant de 205 millions d’euros, rapporte le cabinet du ministre de l’Agriculture. Les 10 millions d’euros restants sont sanctuarisés pour être par la suite rouverts aux départements d’outre-mer qui ont déposé « un peu moins de dossiers » que le reste du territoire.
Cet écoulement rapide des fonds était « recherché », assure-t-on Rue de Varenne, qui parle « d’effet blast ». L’objectif était « d’obtenir rapidement des effets sur le terrain ». Pour l’heure, il n’est pas prévu que la mesure soit ré-abondée, expliquent les services du ministre. Ils précisent toutefois que des rendez-vous interministériels sur le plan de relance sont prévus tous les trois mois, à l’issue desquels des transferts peuvent être réalisés. Sur les 14 710 dossiers, les trois quarts portaient sur des équipements de substitution aux produits phytosanitaires, se félicite le cabinet.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions emises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Le Réveil Lozère se reserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et reglements en vigueur, et decline toute responsabilite quant aux opinions emises,

la phrase de la semaine

Cela reste une proposition, qui doit être validée politiquement et budgétairement. Mais nous espérons qu’un arrêté pourra être publié au cours de la campagne qui s’ouvre

détaille Claude Font, qui avait suggéré début avril de fonder les critères du cercle zéro sur les attaques par massif.