Le Réveil Lozère 30 janvier 2019 a 11h00 | Par Chambre d'agriculture 48

Aides ovines ou caprines, préparez les contrôles

Anomalies d’identifications, absence ou incomplétude des documents obligatoires… autant de points qui peuvent poser problème lors d’un contrôle pour les aides ovines ou caprines. Pour se préparer, voici quelques pistes.

Abonnez-vous Reagir Imprimer
- © Idele

Les contrôles aides ovines et caprines en Lozère conservent des taux d’anomalie relativement importants. Bien souvent, ce n’est pas le maintien de l’effectif déclaré pendant la période de détention obligatoire qui pose problème mais des anomalies de notification de remplacement des animaux éligibles, des anomalies d’identification des animaux ou l’absence ou l’incomplétude des documents obligatoires. L’objectif de cet article de rappel concernant les obligations en matière d’identification ovine et caprine est de faire le point sur les principales causes de pénalités, de préparer un contrôle et de limiter « vos chances » de faire l’objet d’un contrôle orienté.

Suite de l'article à lire dans le Réveil Lozère n°1495, du 31 janvier, en page 12.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions emises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Le Réveil Lozère se reserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et reglements en vigueur, et decline toute responsabilite quant aux opinions emises,

En bref
5 breve(s) � voir toutes
la phrase de la semaine

Je les invite plutôt à rejoindre les forces vives des structures qui œuvrent au quotidien à faire bouger les lignes. Tout comme j’encourage les jeunes à rejoindre nos écoles d’agronomie pour contribuer demain à accompagner ces indispensables évolutions

a répondu le président de chambres d’agriculture France (ex-Apca), Sébastien Windsor, le 16 mai dans une longue « lettre ouverte » au collectif d’étudiants d’AgroParisTech.