Le Réveil Lozère 25 novembre 2021 a 09h00 | Par JA48 en colllaboration avec le Réveil Lozère

Aides Pac : les JA mobilisés

Abonnez-vous Reagir Imprimer

Sur 2 262 dossiers Pac déposés en temps et en heure sur Télépac ce printemps, tous les agriculteurs ne bénéficieront pas de ces acomptes. En effet, comme prévu, et comme un sentiment de redite, tous les agriculteurs n'ont pas reçu leur acompte Pac.
La faute à qui ? À l'État, comme souvent, si ce n'est pas les services de la DDT c'est l'ASP qui est fautive. La profession agricole insiste depuis de nombreuses années auprès de l'État afin que les contrôles Pac commencent plus tôt dans la saison. En 2021, c'est le cas, les contrôles ont débuté au mois de juillet. Cependant, 134 dossiers ont été instruits en contrôle sur place, il reste aujourd'hui 68 dossiers à valider, les agriculteurs n'ont donc pas reçu d'acompte pour les aides DPB. 637 dossiers ont été soumis aux visites d'instructions avec du retard, à ce jour, douze exploitations n'ont pas reçu d'acompte. Pour le coup, il s'agit d'une erreur de l'ASP, qui s'en excuse. Cependant les agents contrôleurs sont venus une première fois sur les exploitations pour effectuer un contrôle, mais dans les douze cas les agents sont revenus une seconde fois. Permettons-nous de douter du travail effectué par l'ASP ? Un retard de paiement de plusieurs mois que les Jeunes agriculteurs Lozère dénoncent. Ces agriculteurs ont réalisé leur déclaration Pac dans un délai précis et non extensible. Il n'est pas concevable que la santé financière de leur exploitation soit impactée par des contrôles trop tardifs dans la saison ou des problèmes de gestion de dossier. C'est intolérable !

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions emises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Le Réveil Lozère se reserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et reglements en vigueur, et decline toute responsabilite quant aux opinions emises,

la phrase de la semaine

La tentation d’arrêter l’élevage n’est plus taboue

Écrivent les présidents de la chambre régionale d’agriculture de Bretagne dans une longue lettre ouverte rendue publique le 26 novembre et adressée au ministre de l’Agriculture et aux élus de la région.