Le Réveil Lozère 04 décembre 2019 a 11h00 | Par Marion Ghibaudo

Altitude 1886 : bilan positif après le lancement il y a trois semaines

Les promoteurs de la marque Altitude 1886 se réjouissent de ces trois premières semaines au contact des consommateurs et tirent un bilan positif de leur exposition dans l'Hyper U de Mende et le Super U de Lodève.

Abonnez-vous Reagir Imprimer
Les produits Alt.1886, un bilan positif après leurs trois premières semaines
Les produits Alt.1886, un bilan positif après leurs trois premières semaines - © Marion Ghibaudo

Ce premier bilan a été réalisé en présence de la préfète Christine Wils-Morel et du directeur de l'hyper U, Jean-Michel Brun, ce vendredi 29 novembre. « L'enjeu est de valoriser les produits du territoire », souligne Nicolas Bringer, PDG de Système U Sud. L'association Valomac a officiellement signé son premier contrat tripartite avec le transformateur local Languedoc Lozère viande et le distributeur Système U le 4 octobre 2019, lançant officiellement la commercialisation de la marque « Alt.1886 - les viandes du massif ».
Travail des structures locales, filières qui prennent leurs marges... La liste des raisons évoquées pour la création d'Altitude 1886 ont été nombreuses. « Sans oublier que les clients ont un très beau produit », pointe Olivier Boulat, secrétaire général adjoint de la FNB et président de la FDSEA. « C'est une belle initiative », s'est félicitée la préfète, Christine Wils-Morel.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions emises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Le Réveil Lozère se reserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et reglements en vigueur, et decline toute responsabilite quant aux opinions emises,

la phrase de la semaine

Les plans stratégiques nationaux doivent rester des documents de programmation stratégiques traduisant les choix politiques des États membres

estime la France, et non pas comme le montrent les premiers échanges avec la Commission européenne des documents d’« un niveau de précisions et de justifications extrêmement élevé.»