Le Réveil Lozère 24 juin 2020 a 10h00 | Par Marion Ghibaudo

Ambroisie : combiner les méthodes préventives et curatives

L’ambroisie à feuilles d’armoise est une plante envahissante qui colonise préférentiellement les terrains non couverts. Les pollens, émis majoritairement en août et septembre, provoquent de fortes réactions allergiques chez les personnes sensibles.

Abonnez-vous Reagir Imprimer
L’ambroisie à feuilles d’armoise est une plante envahissante qui colonise préférentiellement les terrains non couverts. Les pollens, émis majoritairement en août et septembre, provoquent de fortes réactions allergiques chez les personnes sensibles.
L’ambroisie à feuilles d’armoise est une plante envahissante qui colonise préférentiellement les terrains non couverts. Les pollens, émis majoritairement en août et septembre, provoquent de fortes réactions allergiques chez les personnes sensibles. - © Fredon

Les grands bassins de production de céréales de la région Auvergne-Rhône-Alpes sont d’ores et déjà fortement impactés par la présence de l’ambroisie. Elle constitue donc une réelle menace pour l’agriculture. Dans les grandes cultures, l’ambroisie se développe tout particulièrement dans les cultures de printemps (maïs, tournesol, soja...) et peut se révéler très concurrentielle. Cette nuisibilité varie selon la densité de l’ambroisie, la culture implantée ou le(s) mode(s) de gestion utilisé(s). En culture de tournesol, des essais menés par Terres Inovia ont ainsi montré une perte de l’ordre de 3 q/ha par tranche de dix ambroisies au m² avec une baisse de rendement pouvant atteindre jusqu’aux deux tiers de la récolte.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions emises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Le Réveil Lozère se reserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et reglements en vigueur, et decline toute responsabilite quant aux opinions emises,

la phrase de la semaine

Nous ne pouvons plus assumer financièrement de payer l’intégralité des dégâts agricole pour tout le territoire, alors qu’il y a des zones où nous ne pouvons pas mettre les pieds

rappelle Willy Schraen, président de la FNC.