Le Réveil Lozère 08 janvier 2020 a 10h00 | Par Mylène Coste

André Clair, une très « chouette » rencontre

Ancien agriculteur et fondateur de l’auberge et du musée de Verdus, André Clair coule aujourd’hui une retraite bien méritée à Saint-Priest (Ardèche). Il conserve toute son énergie, ses idées et son inventivité, pour fabriquer des chouettes avec les matériaux les plus insolites.

Abonnez-vous Reagir Imprimer
Bricoleur passionné, André Clair a imaginé et construit des centaines de chouettes avec des matériaux plus insolites les uns que les autres.
Bricoleur passionné, André Clair a imaginé et construit des centaines de chouettes avec des matériaux plus insolites les uns que les autres. - © Mylène Coste

500, 600, 700… André Clair ne compte plus les chouettes qu’abrite sa maison, à Saint-Priest. Des chouettes qu’il fabrique lui-même, depuis que ce bricoleur passionné a pris sa retraite. « Tous les dimanches, je chine sur les brocantes à la recherche de pièces intéressantes. Quand j’en trouve une, les idées me viennent », explique-t-il. Moteurs, pistons, luminaires, pièces d’usine, cloches… Les corps sont constitués d’objets plus insolites les uns les autres. Il taille lui-même les pattes, et ajoute des coupelles de lustres pour les yeux. Résultat : des chouettes toutes différentes et surprenantes ! « C’est un oiseau fascinant : il n’y en a pas un pareil que l’autre », s’exclame André Clair, qui passe la plupart de son temps libre à bricoler dans son atelier.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions emises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Le Réveil Lozère se reserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et reglements en vigueur, et decline toute responsabilite quant aux opinions emises,

En bref
5 breve(s) � voir toutes
la phrase de la semaine

Je les invite plutôt à rejoindre les forces vives des structures qui œuvrent au quotidien à faire bouger les lignes. Tout comme j’encourage les jeunes à rejoindre nos écoles d’agronomie pour contribuer demain à accompagner ces indispensables évolutions

a répondu le président de chambres d’agriculture France (ex-Apca), Sébastien Windsor, le 16 mai dans une longue « lettre ouverte » au collectif d’étudiants d’AgroParisTech.