Le Réveil Lozère 10 juin 2020 à 09h00 | Par Propos recueillis par Sophie Chatenet

Angélique Delaire : « Faire sortir les animaux rapidement pour conserver l’ICHN »

Faute de débouchés suffisants, les sorties de veau ont tardé, si bien que l’augmentation de la durée d’engraissement change déjà le taux de chargement des exploitations, avec un risque d’exclusion de l’ICHN. Responsable de la section régionale vitelline, Angélique Delaire invite les éleveurs à contacter rapidement leur intégrateur et leur DDT.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
Faute de débouchés suffisants, les sorties de veau ont tardé, si bien que l’augmentation de la durée d’engraissement change déjà le taux de chargement des exploitations, avec un risque d’exclusion de l’ICHN. Responsable de la section régionale vitelline, Angélique Delaire invite les éleveurs à contacter rapidement leur intégrateur et leur DDT.
Faute de débouchés suffisants, les sorties de veau ont tardé, si bien que l’augmentation de la durée d’engraissement change déjà le taux de chargement des exploitations, avec un risque d’exclusion de l’ICHN. Responsable de la section régionale vitelline, Angélique Delaire invite les éleveurs à contacter rapidement leur intégrateur et leur DDT. - © SC

Quelles conséquences la crise Covid-19 a-t-elle eues sur la filière veau ?
Les durées de bande en filière vitelline se sont fortement allongées à cause de la crise du Covid-19 qui a condamné environ 20 % de nos débouchés que sont les restaurants classiques et la restauration hors foyer. En GMS et en boucherie, nous avons constaté également une forte rétraction des ventes. La Pentecôte, période pourtant historiquement favorable à la consommation de viande de veau, n’a pas suffi à écouler les stocks engrangés depuis ces dernières semaines. Si bien que nous avons encore une semaine d’abattage de retard. Du 14 au 24 avril, l’interprofession a lancé une campagne de communication dans l’urgence mais avec des résultats contrastés. Dans les magasins qui ont fait l’effort de mettre en avant le veau, cela a bien marché. Cette démarche est essentielle car on sait que si le consommateur ne voit pas de la viande veau, il ne pense pas à l’acheter. Parallèlement, en boucherie, la population plus âgée qui achetait volontiers nos produits, craignant de s’exposer au virus a déserté les magasins. Résultat, les veaux sont restés sur les exploitations. La FNB estime à environ 20 jours l’allongement les durées d’engraissement.

 

Article à lire dans le Réveil Lozère n°1564, du 11 juin 2020, en page 7.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Le Réveil Lozère se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

En bref
Prochaine brève

5 brève(s) » voir toutes
la phrase de la semaine

Depuis des semaines, un éleveur perd 150 euros par animal vendu.

a dénoncé le bureau du Berceau des races à viande du Massif Central (Brav, regroupant 22 départements).

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 20 unes régionales aujourd'hui