Le Réveil Lozère 30 octobre 2019 a 09h00 | Par Aurélie Pasquelin

Assises de l’eau : premières restitutions prévues pour « le premier trimestre 2020 »

Abonnez-vous Reagir Imprimer

« Encore cette année, le département de la Lozère se trouve confronté à une période de sécheresse sévère, constate Bernard Palpacuer, vice-président du conseil départemental et président de la commission Eau, AEP (alimentation en eau potable) et Environnement dans un communiqué du 21 octobre. Nous sommes forcés de constater que ces épisodes s’avèrent malheureusement de plus en plus récurrents, d’intensité croissante et de plus longue durée. »
Répondant à une problématique nationale et territoriale, les Assises de l’eau ont été lancées en juin 2018 par le conseil départemental, en partenariat avec la chambre d’agriculture, le Région et l’agence de l’eau. Elles ont permis la création de quatre groupes de travail, se chargeant chacun d’un sujet : la sobriété des usages, la performance des réseaux et la mobilisation de nouvelles ressources pour l’alimentation en eau potable, l’abreuvement du cheptel et l’irrigation agricole. « Ces groupes de travail se sont réunis plusieurs fois en 2019 », précise le communiqué qui indique aussi que « la restitution des différentes productions des groupes de travail est prévue pour le premier trimestre 2020 ».

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions emises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Le Réveil Lozère se reserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et reglements en vigueur, et decline toute responsabilite quant aux opinions emises,

En bref
5 breve(s) � voir toutes
la phrase de la semaine

Les plans stratégiques nationaux doivent rester des documents de programmation stratégiques traduisant les choix politiques des États membres

estime la France, et non pas comme le montrent les premiers échanges avec la Commission européenne des documents d’« un niveau de précisions et de justifications extrêmement élevé.»