Le Réveil Lozère 08 janvier 2020 � 10h00 | Par IL, AJ, YG

Atterrissage difficile pour le gouvernement

Le gouvernement a présenté, le 20 décembre, des mesures d’extension des zones de non-traitement (ZNT) qui suscitent l’insatisfaction de l’ensemble des parties prenantes.

Abonnez-vous R�agir Imprimer

Le Conseil d’État, saisi par les associations Générations futures et Eaux et rivière de Bretagne, était clair dans sa décision de juin 2019. Le gouvernement devait « prendre les mesures réglementaires » pour protéger les riverains face aux utilisations de produits phytosanitaires. Les sages avaient même annulé, par cette même décision, l’arrêté du 4 mai 2017, « relatif à la mise sur le marché et à l’utilisation des produits phytopharmaceutiques ». Dès la rentrée de septembre, le ministère de la Transition écologie lance alors une consultation publique sur de nouveaux projets de textes officiels.
Le 8 décembre suivant, plus de deux mois après la fin de la consultation, Emmanuelle Wargon, secrétaire d’État auprès du ministère de l’Environnement, se montre confiante au micro de France Info : « Nous rendrons une décision d’ici la fin du mois de décembre. » Ce jour-là, la secrétaire d’État dévoile même les contours des textes finaux : « Nous avons dit entre trois, cinq et dix mètres et donc on sera probablement dans cet ordre de grandeur là ».

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions �mises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Le Réveil Lozère se r�serve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et r�glements en vigueur, et decline toute responsabilit� quant aux opinions �mises,

En bref
Prochaine breve

5 breve(s) � voir toutes
la phrase de la semaine

Aujourd’hui, la zone des Landes malheureusement est condamnée à très court terme

A déclaré Marie-Pierre Pé, la directrice du Cifog (interprofession du foie gras), sur RTL le 8 janvier. Avec une quarantaine de nouveaux cas depuis le 8 janvier, l’épizootie d’influenza aviaire poursuit sa progression