Le Réveil Lozère 07 septembre 2022 a 10h00 | Par Marion Ghibaudo

Au centre de formation cynégétique, les chasseurs apprennent les bons gestes

Au sein de ce domaine de six hectares paisiblement niché dans les bois, le silence est régulièrement troué par des tirs. Aux Boulaines, sont formés les chasseurs de demain.

Abonnez-vous Reagir Imprimer
Au sein de ce domaine de six hectares paisiblement niché dans les bois, le silence est régulièrement troué par des tirs. Aux Boulaines, sont formés les chasseurs de demain.
Au sein de ce domaine de six hectares paisiblement niché dans les bois, le silence est régulièrement troué par des tirs. Aux Boulaines, sont formés les chasseurs de demain. - © Marion Ghibaudo

Saut d'obstacle, ranger et sortir une arme en toute sécurité, la vérifier, appliquer les bons gestes pour la chasse en battue, ramasser ses douilles... Au centre de formation cynégétique qui existe depuis 2003, les chasseurs lozériens de demain apprennent à manipuler les armes en toute confiance, et surtout en sécurité. Sur ce vaste terrain, des ateliers ont été érigés à l'attention des élèves qui s'entraînent sous l'oeil attentif des trois formateurs de la fédération de chasse lozérienne qui se relaient ici toute la journée, casques antibruit sur les oreilles. À l'entrée du parc, une cabane est aménagée pour la partie théorique et pour la partie écrite de l'examen du permis de chasse. Un examen qu'il n'est pas si facile d'avoir, puisque environ 75 % des inscrits seulement sont reçus.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions emises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Le Réveil Lozère se reserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et reglements en vigueur, et decline toute responsabilite quant aux opinions emises,

En bref
5 breve(s) � voir toutes
la phrase de la semaine

Les attaques ne se calment pas et les gens sont à bout de nerfs

prévient Cécile Giboureau, porte-parole syndicale, soulignant que le troupeau de Guzet s’apprêtait à descendre d’estive.