Le Réveil Lozère 20 avril 2023 a 11h00 | Par GS

Au Gaec Privat, un élevage mixte bovin-lait et ovin-viande rassemble un père et son fils

Installé sur les hauteurs de Mende, Albert Privat, éleveur de vaches laitières a été rejoint depuis un an par son fils Pierre, qui a relancé la production de viande ovine après avoir obtenu 27 hectares de terres de Chapieu.

Abonnez-vous Reagir Imprimer
Installé sur les hauteurs de Mende, Albert Privat, éleveur de vaches laitières a été rejoint depuis un an par son fils Pierre, qui a relancé la production de viande ovine après avoir obtenu 27 hectares de terres de Chapieu.
Installé sur les hauteurs de Mende, Albert Privat, éleveur de vaches laitières a été rejoint depuis un an par son fils Pierre, qui a relancé la production de viande ovine après avoir obtenu 27 hectares de terres de Chapieu. - © GS

« Oui, ça ne va pas trop mal, les cours sont bons ». À 55 ans, Albert Privat n'est pas mécontent du travail accompli. En 1990, il reprend la ferme de ses parents à Chanteruéjols, un hameau en surplomb de Mende, en direction de Ribennes. À l'époque, l'exploitation compte plusieurs centaines de brebis pour la production de viande et une quinzaine de vaches laitières. Après le décès de son père, l'agriculteur décide d'opérer un virage et vend les brebis pour se concentrer sur le lait des vaches qu'il trouve « plus faciles à garder que les moutons, qui en plus ne se vendaient pas. »

Témoin des mutations du foncier depuis trente ans
Il construit alors une stabulation pour ses trente vaches laitières et sa vingtaine de vaches allaitantes. Mais pour les nourrir, il faut des terres. Or au fil des années, il voit celles-ci s'amenuiser et partir à d'autres vocations que l'agriculture, comme il y a quinze ans la construction du parking de l'Hyper U de Mende qui prendra trois hectares irrigables, ou plus récemment, le contournement routier et un lotissement. Au total, « sur 28 hectares que je louais, il ne m'en reste que six ». En parallèle, les exploitants voisins arrêtent leur activité et « libèrent » des terres qui au moins conservent leur vocation première et permettent de conforter l'activité à Chanteruéjols

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions emises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Le Réveil Lozère se reserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et reglements en vigueur, et decline toute responsabilite quant aux opinions emises,

En bref
5 breve(s) � voir toutes
la phrase de la semaine

La proportion de moutons par habitant est tombée à moins de cinq pour un en 2022, pour la première fois depuis 1850, quand les moutons ont été comptés pour la première fois

indique Stats NZ (organisme public néo-zélandais en charge des statistiques) selon des chiffres publiés le 22 mai et cité par l’AFP.