Le Réveil Lozère 12 octobre 2022 a 12h00 | Par Marion Ghibaudo

Au sommet de l'élevage, les Lozériens bien représentés

Du 4 au 7 octobre, à Cournon, a eu lieu la grand-messe du monde agricole : quatre jours de conférences, de concours et d'expositions de matériels agricoles. L'occasion pour les agriculteurs de parler des évolutions des filières, et de se retrouver pour célébrer l'agriculture sous toutes ses coutures.

Abonnez-vous Reagir Imprimer
Du 4 au 7 octobre, à Cournon, a eu lieu la grand-messe du monde agricole : quatre jours de conférences, de concours et d'expositions de matériels agricoles. L'occasion pour les agriculteurs de parler des évolutions des filières, et de se retrouver pour célébrer l'agriculture sous toutes ses coutures. (© AD) Du 4 au 7 octobre, à Cournon, a eu lieu la grand-messe du monde agricole : quatre jours de conférences, de concours et d'expositions de matériels agricoles. L'occasion pour les agriculteurs de parler des évolutions de © AD Du 4 au 7 octobre, à Cournon, a eu lieu la grand-messe du monde agricole : quatre jours de conférences, de concours et d'expositions de matériels agricoles. L'occasion pour les agriculteurs de parler des évolutions de © AD Du 4 au 7 octobre, à Cournon, a eu lieu la grand-messe du monde agricole : quatre jours de conférences, de concours et d'expositions de matériels agricoles. L'occasion pour les agriculteurs de parler des évolutions de © AD Du 4 au 7 octobre, à Cournon, a eu lieu la grand-messe du monde agricole : quatre jours de conférences, de concours et d'expositions de matériels agricoles. L'occasion pour les agriculteurs de parler des évolutions de © AD Du 4 au 7 octobre, à Cournon, a eu lieu la grand-messe du monde agricole : quatre jours de conférences, de concours et d'expositions de matériels agricoles. L'occasion pour les agriculteurs de parler des évolutions de © AD

Entre les visites du ministre de l'agriculture, les conférences et les concours qui s'enchaînaient sur le ring, pas le temps de souffler au sommet de l'Élevage. Ce qui n'a pas empêché les Lozériens de faire bonne figure dans les catégories dans lesquelles ils étaient inscrits. On peut relever leurs très bons résultats dans de nombreuses races : en Abondance, par exemple, un seul élevage, le Gaec Pic à Saint-Amans, a raflé la mise. Hautesse GP leur a permis de remporter les prix de meilleure laitière et meilleure fromagère. Pour compléter ce palmarès, et pour la première fois remis hors du berceau de la race (dans les deux Savoies), le Gaec Pic a reçu une récompense comme élevage au meilleur niveau génétique de la race.
En Aubrac, le Gaec Broussard, l'EARL Laurens du Pic de Mus, le Gaec Porte, Jonathan Fayt ont tous été classés en sections. Le Gaec Broussard a, par ailleurs, remporté le prix de championnat mâle avec Nestor.
En brune, un beau palmarès à afficher avec de nombreux élevages récompensés en sections : le Gaec des mille vues, l'EARL de Malbosc, le Gaec des Boulaines, le Gaec de Coulagnet, le Gaec Chanac, Génétique passion, le Gaec Rivières et Thibault Fages, le Gaec de Fraissinet et le Gaec de la Brageresse. Par ailleurs, le Gaec des Boulaines a remporté le prix de Réserve championnat jeune et la Lozère remporte le challenge inter-départemental.
En Simmental, on peut noter la présence du LEGTPA de Civergols, du Gaec de Lasbros et du Gaec du Nord Lozère dans les classements de section.
En montbéliardes, le Gaec Poudevigne, le Gaec Avenir, le Gaec Pic et le Gaec Martin ont été classés en sections.
En Prim'Holstein, deux élevages lozériens ont été classés en sections : le Gaec des Jonquilles et le Gaec le Chazal.
En race limousine, seul l'élevage Verlaguet Souton Myosotis a été classé.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions emises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Le Réveil Lozère se reserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et reglements en vigueur, et decline toute responsabilite quant aux opinions emises,

la phrase de la semaine

Grâce aux reports de stock de l’année 2021, la majorité des éleveurs et éleveuses sont sereins pour cet hiver mais sont préoccupés par la possibilité que l’année 2023 puisse ressembler à 2022, auquel cas les bilans fourragers seraient loin de l’équilibre

rapporte la dernière note agro-climatique de l’Idele (Institut de l’élevage), publiée le 17 novembre.