Le Réveil Lozère 14 septembre 2022 a 11h00 | Par Léa Durif

Autonomie alimentaire : produire ses propres rations

Jean-Yves Ayel, éleveur laitier du Puy-de-Dôme, témoigne et explique les raisons qui le poussent à tendre vers l'autonomie alimentaire.

Abonnez-vous Reagir Imprimer
Jean-Yves Ayel, éleveur laitier du Puy-de-Dôme, témoigne et explique les raisons qui le poussent à tendre vers l'autonomie alimentaire.
Jean-Yves Ayel, éleveur laitier du Puy-de-Dôme, témoigne et explique les raisons qui le poussent à tendre vers l'autonomie alimentaire. - © J-Y A

Jean-Yves Ayel est éleveur de vaches montbéliardes au sein du Gaec de l'Étang, à Sauvessanges dans le Puy-de-Dôme, aux côtés de deux associés et d'un apprenti. Depuis des années, il a fait le choix de tendre vers l'autonomie alimentaire.

Gagner en indépendance
Jean-Yves Ayel assure lui-même la production des rations alimentaires à destination de son élevage. Ses 90 vaches laitières et 75 génisses profitent ainsi de rations complètes (composées de céréales, d'herbe, de foin, de maïs et de tourteau) en hiver, et de pâturages et foin à la belle saison. « Il arrive que nous ayons recours à un apport externe pour compléter les rations, mais cela reste très exceptionnel » déclare l'éleveur.
Plusieurs raisons l'ont poussé à adopter ce modèle : « être indépendant d'un fournisseur extérieur, c'est intéressant économiquement et ça permet de s'assurer d'avoir suffisamment de nourriture pour les animaux. ». En effet, au-delà du prix de la matière première, produire sur place permet de réduire considérablement les dépenses liées aux coûts de l'énergie et du transport des denrées. Ce gain d'indépendance limite les risques liés à l'instabilité du cours du marché, déjà fortement impacté par les différentes crises que nous traversons. Sa stratégie d'exploitation, basée sur la rotation des cultures, augmente néanmoins la charge de travail, « surtout avec des parcelles qui sont passées d'une culture par an à deux cultures tous les trois ans, ce qui augmente le nombre de semis à réaliser et ne laisse que deux ou trois jours entre les semis de maïs et l'ensilage ».

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions emises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Le Réveil Lozère se reserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et reglements en vigueur, et decline toute responsabilite quant aux opinions emises,

En bref
5 breve(s) � voir toutes
la phrase de la semaine

Les attaques ne se calment pas et les gens sont à bout de nerfs

prévient Cécile Giboureau, porte-parole syndicale, soulignant que le troupeau de Guzet s’apprêtait à descendre d’estive.