Le Réveil Lozère 24 septembre 2021 a 10h00 | Par Simon Alves

Bailleurs et fermiers formalisent leur entente

Les représentants régionaux, des bailleurs et preneurs ruraux ont signé début septembre une charte de bonnes relations. Élaboré par la FRSEA Auvergne-Rhône-Alpes, cet outil doit permettre de favoriser les échanges entre fermiers et propriétaires.

Abonnez-vous Reagir Imprimer
Jean-Paul Prudhomme, président de la SRPR, et Pascal Gouttenoire, président de la SRFM, ont signé la charte des bonnes relations entre bailleurs et preneurs le 7 septembre dernier.
Jean-Paul Prudhomme, président de la SRPR, et Pascal Gouttenoire, président de la SRFM, ont signé la charte des bonnes relations entre bailleurs et preneurs le 7 septembre dernier. - © Simon Alves

Un climat apaisé qui se traduit dans les actes. Mardi 7 septembre dernier, Jean-Paul Prudhomme, président de la Section régionale des propriétaires ruraux (SRPR) et Pascal Gouttenoire, président de la section régionale des fermiers et métayers (SRFM), ont signé une charte de bonnes relations entre bailleurs et preneurs. Le fruit de plusieurs années de travail, d'échanges et de collaboration entre les deux entités. « Pour nous, cette charte représente une base dont les futurs bailleurs et preneurs doivent prendre connaissance afin d'assurer un bon relationnel entre loueurs et preneurs », explique Pascal Gouttenoire. Même son de cloche chez Jean-Paul Prudhomme, pour qui le contexte de l'agriculture dans les années à venir justifie cette charte. « Dans les dix prochaines années, 30 % de la surface agricole va changer de main au niveau des exploitants. Nous avons besoin de jeunes qui les reprennent et ceux qui arrivent ne sont pas forcément issus du monde rural. Cette charte leur permettra de poser un cadre de bon fonctionnement des relations humaines. » Aujourd'hui acquise à force de rapprochements, cette bonne entente n'a pourtant pas toujours été une évidence. « Il y a cinquante ans, ce n'était pas possible de l'imaginer », reconnaît Pascal Gouttenoire. Bien que reposant sur un principe d'équilibre entre leurs intérêts, le statut du fermage n'a pas toujours empêché les parties prenantes de régler, quand ils en avaient, leurs litiges devant les tribunaux.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions emises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Le Réveil Lozère se reserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et reglements en vigueur, et decline toute responsabilite quant aux opinions emises,

la phrase de la semaine

La liste (ndlr publiée par la commission européenne) explique parfaitement pourquoi nous demandons depuis le premier jour qu’une étude d’impact complète soit réalisée

ont à nouveau dénoncé les organisations et coopératives agricoles de l’UE (Copa-Cogeca).