Le Réveil Lozère 19 février 2020 à 11h00 | Par Marion Ghibaudo

Bastien Alise, l’apiculture en harmonie avec la nature

Pour continuer notre série sur les apiculteurs lozériens médaillés au troisième concours des miels de France, petit tour dans les Cévennes où Bastien Alise développe ses ruches.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
- © Marion Ghibaudo

Médaillé d’argent avec son miel de montagne, l’apiculteur est l’un des rares à exercer ce métier à temps plein, parmi les récompensés lozériens. Lors de sa première participation au concours national en 2018, Bastien Alise avait déjà été récompensé d’une médaille d’or pour son miel de châtaignier. « Avoir cette médaille, c’est une reconnaissance de mon travail et du travail de mes abeilles, en collaboration », souligne fièrement l’apiculteur à la récompense généreuse. «C’est aussi une reconnaissance pour tous les gens qui m’ont aidé », précise-t-il, que ce soit en lui prêtant un bout de terrain ou en venant lui prêter main-forte quand il a eu besoin.
« C’est la troisième année que je suis professionnel », explique-t-il, même s’il s’est frotté à l’apiculture dès sa jeunesse. Avec son cheptel de plus de 150 ruches, Bastien Alise produit du miel d’acacia, de bruyère callune, de bruyère blanche, de sapin et de toutes fleurs, entre autres. Sa production se fait principalement sur le territoire de la Lozère. Il vend son miel dans des épiceries fines et chez des biscuitiers, ainsi que dans son local de vente, aménagé chez lui.

 

Article à lire dans le Réveil Lozère n°1548, du 20 février 2020, en page 4.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Le Réveil Lozère se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

En bref
Prochaine brève

5 brève(s) » voir toutes
la phrase de la semaine

À la différence des éco-régimes, qui seront obligatoires pour chaque État, la stratégie « Farm to fork » ne l’est pas, mais elle va se décliner dans les plans stratégiques nationaux

Explique le ministre de l’Agriculture Julien Denormandie, dans un entretien accordé à Agra Presse le 26 octobre.

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 20 unes régionales aujourd'hui