Le Réveil Lozère 10 octobre 2021 a 12h00 | Par Lucie Debuire

BeeForest veut implanter des mini-forêts en ville

Réimplanter un écosystème forestier au milieu de zones urbaines en alliant la participation des habitants et l'instruction des plus jeunes, c'est l'objectif de Mathieu Verspieren, fondateur de l'entreprise BeeForest.

Abonnez-vous Reagir Imprimer
Benoît Muguet, adjoint en charge de l'urbanisme, du cadre de vie et de l'espace public à la ville de Templemars, et Mathieu Verspieren, fondateur de BeeForest, ont lancé un chantier participatif de plantation d'arbres en pleine ville.
Benoît Muguet, adjoint en charge de l'urbanisme, du cadre de vie et de l'espace public à la ville de Templemars, et Mathieu Verspieren, fondateur de BeeForest, ont lancé un chantier participatif de plantation d'arbres en pleine ville. - © LD

C'est plus fort que lui, Mathieu Verspieren a toujours les mains dans la terre ou sur un arbre. Une passion qu'il souhaite transmettre. C'est ainsi qu'est né BeeForest en février 2020. Le but de cette entreprise : recréer de petits écosystèmes forestiers au beau milieu des villes, en partenariat avec des municipalités ou des copropriétés. L'idée n'est pas de simplement planter des arbres, mais bien de mettre en place une parcelle forestière avec toute la biodiversité qu'elle accueille. « Je plante différentes essences d'arbres locales, adaptées au type de terrain et au climat sur quelques mètres carrés de manière très dense, explique Mathieu Verspieren. L'idée est d'obtenir trois strates : l'arborescence supérieure, inférieure et arbustive, comme dans une vraie forêt en somme. »

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions emises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Le Réveil Lozère se reserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et reglements en vigueur, et decline toute responsabilite quant aux opinions emises,

la phrase de la semaine

La liste (ndlr publiée par la commission européenne) explique parfaitement pourquoi nous demandons depuis le premier jour qu’une étude d’impact complète soit réalisée

ont à nouveau dénoncé les organisations et coopératives agricoles de l’UE (Copa-Cogeca).