Le Réveil Lozère 04 décembre 2019 a 10h00 | Par Agrafil

Bien-être animal : le Cese pousse à l’étiquetage

Abonnez-vous Reagir Imprimer

Dans un avis présenté en plénière le 27 novembre, le Conseil économique, social et environnemental (Cese) propose de créer un « étiquetage contrôlé par les pouvoirs publics pour fournir une information claire quant aux conditions d’élevage, de transport et d’abattage des animaux ». L’assemblée consultative suggère ainsi un « diagnostic » de l’initiative « Étiquette bien-être animal » (lancée par le distributeur Casino et les ONG CIWF, OABA et LFDA), « en vue de lui accorder une reconnaissance officielle pour en élargir l’usage ». « Il s’avère difficile pour les consommatrices et les consommateurs de connaître avec certitude les conditions d’élevage des animaux », précise l’avis. Présenté par les rapporteures Anne Garreta (CGT) et Marie-Noëlle Orain (personnalité associée), l’avis aborde tous les stades de la filière. Le Cese propose notamment d’intégrer « systématiquement » le bien-être animal dans les accords de libre-échange, « pour interdire les importations de viande qui ne répondent pas aux normes en vigueur en Europe ».

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions emises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Le Réveil Lozère se reserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et reglements en vigueur, et decline toute responsabilite quant aux opinions emises,

En bref
Prochaine breve

5 breve(s) � voir toutes
la phrase de la semaine

Les céréales, une denrée de base qui occupe près de 65 % de la surface cultivée de l’UE et qui est principalement utilisée pour l’alimentation animale, est la culture la plus sévèrement touchée. Nous avons notamment constaté que pour chaque année marquée par un épisode de sécheresse, les pertes de céréales augmentent de 3 %

a indiqué Teresa Bras, de la Nova School of Science and Technology de Lisbonne.