Le Réveil Lozère 29 avril 2021 a 08h00 | Par IL

Bientôt une carte nationale des flux du CO2 dans les sols

L’Inrae doit publier d’ici mi-2021 une cartographie nationale et annuelle des flux de dioxyde de carbone dans les sols, à l’échelle de la parcelle. Un nouvel indicateur qui, espèrent les représentants de l’institut, pourra intégrer la Pac en cours de finalisation.

Abonnez-vous Reagir Imprimer
L’Inrae doit publier d’ici mi-2021 une cartographie nationale et annuelle des flux de dioxyde de carbone dans les sols, à l’échelle de la parcelle. Un nouvel indicateur qui, espèrent les représentants de l’institut, pourra intégrer la Pac en cours de finalisation.
L’Inrae doit publier d’ici mi-2021 une cartographie nationale et annuelle des flux de dioxyde de carbone dans les sols, à l’échelle de la parcelle. Un nouvel indicateur qui, espèrent les représentants de l’institut, pourra intégrer la Pac en cours de finalisation. - © Nancy Sagnet/Illustration

« Les politiques et les agriculteurs avaient besoin d’outils de suivi, mais tous les experts et les scientifiques s’accordaient sur la difficulté d’avoir un indicateur fiable et généralisable pour la mesure du carbone dans les sols », résume Philippe Mauguin, PDG d’Inrae, à l’occasion d’une conférence de presse le 9 avril. Le projet Soccrop, lancé fin 2020 avec le soutien financier du forum Planet A, pourrait répondre dès cet été à cette équation insoluble.
Grâce aux données satellitaires sur la couverture des sols, et aux modélisations issues de stations expérimentales (réseau Icos), une carte présentant les flux annuels de CO2 dans les sols agricoles avec une résolution de dix mètres devrait être disponible d’ici l’été pour la France et d’ici la fin d’année à l’échelle européenne. Un outil qui, comme le reconnaît Éric Ceschia, directeur de recherche au sein d’Inrae, a vu le jour « grâce à la nouvelle génération de satellites Sentinel possédant une couverture globale à haute résolution ».

Le couvert, indice du stockage
Dès 2019, les chercheurs de l’Inrae ont montré dans l’étude 4p1000 « que le potentiel de stockage additionnel se trouve principalement dans les grandes cultures et que l’allongement de la durée de la couverture végétale est le principal levier à actionner », rappelle Jean-François Soussana, vice-président d’Inrae. Sur la base de ces résultats, le comité scientifique de Planet A, réuni lors du forum de juin 2019, avait alors suggéré un indicateur mondial basé sur la couverture des sols « afin de mesurer l’état de dégradation ou de régénération des terres et leur capacité à agir sur le changement climatique ».
Résultat de cette mobilisation, le projet Soccrop s’intéresse avant tout à l’échelle européenne. Mais des résultats pourraient être bientôt disponibles à l’échelle mondiale, « grâce à un consortium de recherche international », comme l’indique Jean-François Soussana. « Il nous faudra voir comment nous pouvons continuer à accompagner tous les agriculteurs, notamment en Afrique », acquiesce Philippe Mauguin.
Pour l’heure, l’indicateur présentera uniquement les flux liés à l’utilisation des sols. Pour obtenir un véritable bilan carbone, prenant en compte les amendements et les récoltes, des données complémentaires devront être ajoutées au modèle. « Le principal frein consistera à avoir accès aux données des logiciels de pilotage des agriculteurs, et à automatiser les flux d’information », précise Éric Ceschia. Des limites qui pourraient selon lui être levées « à l’échéance de quatre ou cinq années ».

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions emises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Le Réveil Lozère se reserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et reglements en vigueur, et decline toute responsabilite quant aux opinions emises,

En bref
5 breve(s) � voir toutes
la phrase de la semaine

Les milliers d’hectares de la Vallée de la Marne ainsi que quelques secteurs de l’Aube sont particulièrement touchés par ce champignon qui aime l’humidité et la chaleur

confirme Maxime Toubart, président du Syndicat général des vignerons (SGV) et co-président du Comité interprofessionnel du vin de Champagne (CIVC).