Le Réveil Lozère 15 mai 2019 a 10h00 | Par AJ

Biolait modifie ses aides à la conversion bio

Le premier collecteur français aidera davantage les conversions les plus longues, en deux ans. L’objectif est double : valoriser plus de viande en circuit bio et éviter des risques de déstockage de fourrage.

Abonnez-vous Reagir Imprimer
- © Biolait

Dans un contexte de risque de surplus printanier, Biolait, premier collecteur français de lait bio, annonce, dans un communiqué de presse du 6 mai, réorienter le versement de ses aides à la conversion en production laitière bio.
Désormais, l’entreprise traitera différemment les deux types de conversion en lait bio : les conversions simultanées, les plus longues, par lesquelles l’ensemble des productions de la ferme (terres et animaux) deviennent bio en même temps en deux ans ; et les conversions non-simultanées, plus courtes, par lesquelles les terres deviennent bio au bout d’un an, puis les animaux six mois après.
Jusque-là, les deux types de conversion étaient soutenues à hauteur de 30 € les mille litres. Pour inciter les nouveaux adhérents à choisir les conversions simultanées, à compter du 1er mai, seules ces dernières bénéficieront de la prime sur la totalité de la durée de la conversion. Pour les conversions non simultanées, Biolait ne versera cette aide que pour une durée maximale de six mois.

Suite de l'article à lire dans le Réveil Lozère n°1510, du 16 mai 2019, en page 9.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions emises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Le Réveil Lozère se reserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et reglements en vigueur, et decline toute responsabilite quant aux opinions emises,

la phrase de la semaine

Grâce aux reports de stock de l’année 2021, la majorité des éleveurs et éleveuses sont sereins pour cet hiver mais sont préoccupés par la possibilité que l’année 2023 puisse ressembler à 2022, auquel cas les bilans fourragers seraient loin de l’équilibre

rapporte la dernière note agro-climatique de l’Idele (Institut de l’élevage), publiée le 17 novembre.