Le Réveil Lozère 17 décembre 2021 a 12h00 | Par JCD

Blé : l’export français revu en baisse face à des incertitudes

FranceAgriMer a révisé le 8 décembre ses prévisions d’exportations françaises de blé tendre en baisse, dans un contexte de marchés « très concurrentiels » et face à des « incertitudes ».

Abonnez-vous Reagir Imprimer
FranceAgriMer a révisé le 8 décembre ses prévisions d’exportations françaises de blé tendre en baisse, dans un contexte de marchés « très concurrentiels » et face à des « incertitudes ».
FranceAgriMer a révisé le 8 décembre ses prévisions d’exportations françaises de blé tendre en baisse, dans un contexte de marchés « très concurrentiels » et face à des « incertitudes ». - © Gabriel Omnès/Illustration

L’établissement national envisage 9,2 millions de tonnes de blé tendre (contre 9,4 millions de tonnes en novembre) exporté vers les pays tiers sur la campagne 2021-2022. Une prévision difficile à établir, a reconnu le chef de l’unité grains et sucre Marc Zribi, parlant d’une fourchette « assez disparate » de 8 à 9,7 millions de tonnes selon les opérateurs. « Les incertitudes sont très présentes à ce stade », a-t-il déclaré lors d’une conférence de presse à l’issue du conseil spécialisé grandes cultures-marchés céréaliers. Ces dernières semaines, les marchés paraissent « très concurrentiels, très disputés en termes de prix, disponibilité, recherche de qualité meunière ». L’arrivée d’abondantes récoltes de l’hémisphère sud, notamment d’Argentine, fait monter la pression. Coté à 319 $/t, le blé argentin se montre compétitif face au concurrent français (336 $/t à Rouen), pourtant avantagé en frais de transport sur des débouchés peu lointains comme les pays de la Méditerranée.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions emises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Le Réveil Lozère se reserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et reglements en vigueur, et decline toute responsabilite quant aux opinions emises,

En bref
5 breve(s) � voir toutes
la phrase de la semaine

Les mots ont agacé, parce qu’ils ont sans doute été trop forts

regrette Loïc Guines, président de l’Agence bio et référent bio pour l’Apca dans une interview avec Agra presse parue le 17 juin.