Le Réveil Lozère 15 mai 2019 a 11h00 | Par LE REVEIL LOZERE

Bleu de brebis : la Confédération générale de Roquefort engage une conciliation

Commercialisé depuis le 1er avril dernier par Société, le Bleu de brebis créée tensions et inquiétudes au sein de la filière.

Abonnez-vous Reagir Imprimer

Ainsi, le conseil de l’agriculture français (Caf) de l’Aveyron alerte, dans un communiqué, le « groupe Lactalis sur son projet de diversification "bleu de brebis" qui, de par son approche marketing, tend à banaliser le Roquefort et fragiliser l’AOP, première appellation d’origine accordée à un fromage en 1925 et sur la nécessité de protéger celle-ci ». Mardi 7 mai, les membres de la confédération générale de Roquefort ont quant à eux décidé d’engager une procédure de conciliation avec le groupe. « À date, les deux organismes consultés [Inao et DDCSPP de l’Aveyron, NDLR] concluent que la commercialisation du Bleu de Brebis de la marque Société ne contrevient pas à l’AOP Roquefort, précise un communiqué de la Confédération, daté du 7 mai. Néanmoins, pour répondre aux inquiétudes exprimées, les Administrateurs de la confédération générale de Roquefort ont décidé d’engager une conciliation, telle que prévue par les statuts de l’ODG (organisme de défense et de gestion). »

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions emises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Le Réveil Lozère se reserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et reglements en vigueur, et decline toute responsabilite quant aux opinions emises,

En bref
5 breve(s) � voir toutes
la phrase de la semaine

Je les invite plutôt à rejoindre les forces vives des structures qui œuvrent au quotidien à faire bouger les lignes. Tout comme j’encourage les jeunes à rejoindre nos écoles d’agronomie pour contribuer demain à accompagner ces indispensables évolutions

a répondu le président de chambres d’agriculture France (ex-Apca), Sébastien Windsor, le 16 mai dans une longue « lettre ouverte » au collectif d’étudiants d’AgroParisTech.