Le Réveil Lozère 20 juillet 2022 a 09h00 | Par Le Réveil Lozère en collaboration avec Agrapresse

Bruxelles appelée à enquêter pour violation des obligations de transparence

Abonnez-vous Reagir Imprimer

Défenseur du label Nutriscore en tant que prochain système d’étiquetage nutritionnel sur le devant des emballages (une proposition de la Commission est attendue pour le dernier trimestre 2023), le Bureau européen des unions de consommateurs (BEUC) a déposé une plainte le 1er juillet auprès du registre de transparence de l’UE, alléguant que l’Alliance no-Nutriscore (association créée par un groupe de professionnels et de citoyens) n’avait pas correctement divulgué ses liens avec le cabinet de lobbying Must & Partners, basé à Bruxelles. Dans son avis, le BEUC explique que la relation entre ces deux organisations devrait être plus transparente, étant donné qu’elles partagent la même personne de contact (Luciano Stella), le même numéro de téléphone et la même adresse. Il dénonce aussi l’absence d’informations sur les sponsors et partenaires soutenant l’Alliance no-Nutriscore et affirme que, contrairement à ce qu’il dit, le Cabinet Must & Partners travaille toujours pour le secteur alimentaire. « Notre plainte n’a rien à voir avec une discussion sur les avantages et les inconvénients du label Nutriscore. Nous accueillons favorablement le débat sur ce sujet, à condition qu’il soit basé sur la science et que les intérêts soient ouvertement déclarés », explique Monique Goyens, directrice générale du BEUC.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions emises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Le Réveil Lozère se reserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et reglements en vigueur, et decline toute responsabilite quant aux opinions emises,

En bref
5 breve(s) � voir toutes
la phrase de la semaine

En passant la brique de lait demi-écrémée à 0,80 € en magasin (contre 0,76 € auparavant, NDLR), nous arrivons à payer les producteurs 430 € les 1000 l. Par contre, je ne dégage aucune marge, si ce n’est les 10 % d’Égalim

explique Michel Biero, directeur Achats Lidl France, qui souhaiterait voir ses concurrents lui emboîter le pas.