Le Réveil Lozère 13 juillet 2021 a 12h00 | Par AgraPresse en collaboration avec le Réveil Lozère

Bruxelles envisage un objectif de neutralité pour l'agriculture, les sols et la forêt

Abonnez-vous Reagir Imprimer

La Commission européenne va bien proposer d'intégrer à l'avenir les émissions hors CO2 de l'agriculture dans le cadre de la révision de la réglementation sur l'utilisation des terres, le changement d'affectation des terres et la foresterie qui sera présentée le 14 juillet avec le reste du vaste paquet d'ajustement de la législation européenne aux nouveaux objectifs climatiques. Selon un projet qui circule déjà à Bruxelles, à partir de 2031, le champ d'application du règlement pourrait être élargi aux émissions hors CO2 du secteur agricole (méthane, oxyde d'azote). Une fois l'agriculture incluse, le règlement fixerait un objectif de neutralité climatique au plus tard en 2035 pour les émissions et les absorptions de GES de l'ensemble de son nouveau périmètre renomé Agriculture, foresterie et autres utilisations des terres (AFOLU). Après cette date, l'objectif serait de parvenir à des émissions négatives afin de compenser en partie les rejets d'autres secteurs non couverts par le règlement. En attendant, Bruxelles compte relever l'objectif d'absorption nette du secteur LULUCF à 310 millions de tonnes d'équivalent CO2 d'ici 2030 contre 225 millions de tonnes aujourd'hui. Ces absorptions seront réparties entre les États membres à partir de 2026 afin de déterminer des objectifs nationaux contraignants à atteindre.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions emises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Le Réveil Lozère se reserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et reglements en vigueur, et decline toute responsabilite quant aux opinions emises,

la phrase de la semaine

Nous considérons que la règle de répartition se doit d’évoluer au regard de la réalité économique

a indiqué l’Élysée lors d’un échange avec la presse concernant le nouveau paquet climat de la Commission le 23 juillet.