Le Réveil Lozère 16 janvier 2019 a 09h00 | Par JCD

Bruxelles fait l’« impasse » sur l’herbe, selon Agridées

Le think tank Agridées a présenté le 8 janvier une note d’analyse pour améliorer l’indépendance de l’UE en protéines végétales, reprochant au dernier rapport de la Commission européenne de faire l’« impasse » sur l’herbe.

Abonnez-vous Reagir Imprimer
Marie-Cécile Damave : « On parle d’aller vers plus d’indépendance. Pas d’autonomie totale en protéines »
Marie-Cécile Damave : « On parle d’aller vers plus d’indépendance. Pas d’autonomie totale en protéines » - © DR

La Commission européenne a présenté le 22 novembre un rapport sur « le développement des protéines végétales dans l’UE ». Sujet qui sera abordé lors des négociations sur la nouvelle Pac après 2020. Agridées reproche à Bruxelles de s’être limitée à « un état des lieux », en listant les outils à disposition des États membres.
Le think tank a présenté le 8 janvier une note d’analyse sur le sujet. Il prône une augmentation de la part des légumineuses dans l’alimentation humaine et animale. Cela passe par de nouvelles variétés répondant aux besoins de l’éleveur pour ses animaux, du cultivateur en termes de productivité (rendement stable et suffisant). Le think tank critique l’absence de stratégie de la Commission sur le financement de cette recherche par la Pac, avec des partenariats public-privé.
Une piste est d’« inciter à produire plus d’herbe », la première source de protéines pour l’élevage, a expliqué Marie-Cécile Damave, responsable Innovations et Marchés. Et de proposer dans la Pac « un recouplage des aides pour les hectares en herbe, et tout particulièrement en zones de plaine et défavorisées simples ».

 

 

Suite de l'article à lire dans le Réveil Lozère n°1493, du 17 janvier, en page 9.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions emises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Le Réveil Lozère se reserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et reglements en vigueur, et decline toute responsabilite quant aux opinions emises,

En bref
5 breve(s) � voir toutes
la phrase de la semaine

Je les invite plutôt à rejoindre les forces vives des structures qui œuvrent au quotidien à faire bouger les lignes. Tout comme j’encourage les jeunes à rejoindre nos écoles d’agronomie pour contribuer demain à accompagner ces indispensables évolutions

a répondu le président de chambres d’agriculture France (ex-Apca), Sébastien Windsor, le 16 mai dans une longue « lettre ouverte » au collectif d’étudiants d’AgroParisTech.