Le Réveil Lozère 20 février 2019 a 15h00 | Par FXS

Bruxelles met en doute la « fiabilité » des exportations polonaises de viande bovine

Un très sérieux avertissement est lancé par Bruxelles à la Pologne après la découverte d’une fraude à la viande bovine dans un abattoir.

Abonnez-vous Reagir Imprimer

La direction générale de la santé et de la sécurité alimentaire de la Commission européenne a fait part à la Pologne des « sérieuses inquiétudes » que soulèvent les constatations des experts qu’elle a dépêchés sur place du 4 au 8 février suite à la récente fraude à la viande bovine issue d’animaux malades découverte dans un abattoir. « Le plus préoccupant », c’est que les manquements constatés peuvent non seulement s’appliquer à cet établissement « mais aussi à d’autres abattoirs dans la même région ou même dans l’ensemble de la Pologne », avertit-elle dans un courrier très sévère adressé au chef des services vétérinaires de cet État membre, Pawel Niemczuk. « Cela affecte la fiabilité des exportations de viande bovine de la Pologne », conclut-elle, avant de demander à Varsovie de lui présenter en urgence un « plan d’action ».

 

 

Suite de l'article à lire dans le Réveil Lozère n°1498, du 21 février 2019, en page 8.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions emises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Le Réveil Lozère se reserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et reglements en vigueur, et decline toute responsabilite quant aux opinions emises,

En bref
5 breve(s) � voir toutes
la phrase de la semaine

Je les invite plutôt à rejoindre les forces vives des structures qui œuvrent au quotidien à faire bouger les lignes. Tout comme j’encourage les jeunes à rejoindre nos écoles d’agronomie pour contribuer demain à accompagner ces indispensables évolutions

a répondu le président de chambres d’agriculture France (ex-Apca), Sébastien Windsor, le 16 mai dans une longue « lettre ouverte » au collectif d’étudiants d’AgroParisTech.