Le Réveil Lozère 23 mars 2022 a 15h00 | Par AgraPresse en collaboration avec le Réveil Lozère

Bruxelles prépare des réponses aux faiblesses du système européen

Abonnez-vous Reagir Imprimer

L’UE est largement autosuffisante en ce qui concerne la plupart des produits agricoles clés, notamment les céréales et les produits animaux, mais l’invasion de l’Ukraine met en évidence certaines faiblesses : « Notre dépendance à l’égard des importations d’énergie, d’engrais et d’aliments pour animaux ». C’est le constat du projet de communication pour « préserver la sécurité alimentaire et renforcer la résilience du système alimentaire » en cours de finalisation à la Commission européenne, qui sera dévoilé le 23 mars. Le texte souligne le rôle « fondamental » de l’UE pour combler le déficit de production et faire face à la pénurie mondiale de blé attendue. Bruxelles confirme donc que, pour élargir la capacité de production de l’UE, elle va permettre aux États membres de déroger temporairement à certaines obligations de verdissement en autorisant la production de toute culture sur des terres en jachère faisant partie des zones d’intérêt écologique en 2022. Mais, prévient aussi la Commission européenne, la crise actuelle confirme la nécessité d’une réorientation fondamentale de l’agriculture et des systèmes alimentaires de l’UE vers la durabilité, conformément au Pacte vert et à la réforme de la Pac.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions emises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Le Réveil Lozère se reserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et reglements en vigueur, et decline toute responsabilite quant aux opinions emises,

En bref
5 breve(s) � voir toutes
la phrase de la semaine

Julien Denormandie avait promis que les aides à la conversion qui ne sont pas consommées resteraient orientées vers l’agriculture biologique, et c’est ce que nous devons confirmer avec Marc Fesneau

indique à Agra presse Étienne Gangneron, vice-président de la FNSEA en charge du dossier.