Le Réveil Lozère 27 février 2019 a 15h00 | Par C. Fournier

Ça tourne au Gaec Fournier

Depuis 2012, Cyrille et Olivier Fournier pratiquent le pâturage tournant. Un essai réussi pour les deux frères.

Abonnez-vous Reagir Imprimer
L'éleveur et son technicien, un précieux conseiller.
L'éleveur et son technicien, un précieux conseiller. - © C. Fournier

« La première année, nous avons été pas mal stressés » avoue Cyrille. Pourtant, aux dires de Fabien Reynal, technicien de Cantal conseil élevage qui a incité les associés à s’engager en 2012 dans le pâturage tournant, c’est justement grâce à cette inquiétude, que cela va marcher, car « on se donne alors les moyens pour réussir ». Le pâturage tournant, c’est explique-t-il, « la garantie d’une herbe de bonne qualité ». La méthode est invariable : d’abord, on constitue des paddocks sur lesquels va « tourner » le troupeau, un travail de l’ordre d’une journée. On prévoit 13 paddocks d’une surface moyenne de 1,8 hectares. « En moyenne, les vaches passent deux jours sur un paddock, mais c’est aussi fonction des conditions météo » indique Cyrille pour qui le « PT », c’est en fait « question d’habitude ». Quant aux vaches, « elles sont le baromètre qui indique quand un paddock est fini ».

Suite de l'article à lire dans le dossier aménagement du pâturage du Réveil Lozère n°1499, du 28 février 2019, en page 12.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions emises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Le Réveil Lozère se reserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et reglements en vigueur, et decline toute responsabilite quant aux opinions emises,

En bref
5 breve(s) � voir toutes
la phrase de la semaine

Je les invite plutôt à rejoindre les forces vives des structures qui œuvrent au quotidien à faire bouger les lignes. Tout comme j’encourage les jeunes à rejoindre nos écoles d’agronomie pour contribuer demain à accompagner ces indispensables évolutions

a répondu le président de chambres d’agriculture France (ex-Apca), Sébastien Windsor, le 16 mai dans une longue « lettre ouverte » au collectif d’étudiants d’AgroParisTech.