Le Réveil Lozère 06 mai 2020 à 10h00 | Par JA et FDSEA

Carton rouge au gouvernement

Le gouvernement français a négocié un accord commercial avec le Mexique, tout en défendant l’alimentation locale. Un double discours qui ne passe pas.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
Les JA et la FDSEA distribuent un carton rouge au gouvernement français qui, selon eux, "joue un double-jeu inacceptable".
Les JA et la FDSEA distribuent un carton rouge au gouvernement français qui, selon eux, "joue un double-jeu inacceptable". - © Sandra Hartmann - Photo d'illustration

En plein confinement, Didier Guillaume, ministre de l’agriculture, l’a écrit le 18 mars : « Vous, agriculteurs, êtes le maillon essentiel, le premier maillon de la chaîne alimentaire.
C’est vous, qui par votre travail, (…) fournissez à nos concitoyens, ou à nos entreprises de transformation, une alimentation de grande qualité.
Nous comptons sur vous. Ne lâchez rien, continuez vos activités essentielles, indispensables. Vous participez pleinement à l’effort de la communauté nationale ». En résumé, l’agriculture française reste un secteur essentiel pour la population, l’État en est conscient.
Cependant, la semaine dernière, coup de théâtre : dans un contexte de crise inédit, une finalisation des négociations pour la modernisation de l’accord commercial avec le Mexique a été trouvée. Ce sont 20 000 tonnes de viande au total qui vont entrer librement en Union Européenne et dans notre pays.

 

Article à lire dans le Réveil Lozère n°1559, du 7 mai 2020, en page 5.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Le Réveil Lozère se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

la phrase de la semaine

Des bénéfices économiques directs, et une productivité ou une rentabilité accrue sont les conditions essentielles de l’adoption des pratiques durables à court terme

soulignent des chercheurs dans une étude publiée le 4 octobre dans Nature.

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 20 unes régionales aujourd'hui